Accu Samsung AA-PB4NC6B

Thermosmart wordt voor 250 euro verkocht zodra deze commercieel verkrijgbaar is. Voor het gebruik hoeft geen abonnement te worden afgesloten, al sluiten de makers niet uit dat zij op termijn met aanvullende, betaalde diensten komen. Hoe deze aanvullende diensten eruit komen te zien is nog niet bekend. Wel heeft Thermosmart aangekondigd met een api te komen waarmee ontwikkelaars zelf applicaties kunnen maken voor de thermostaat. Ook moet het mogelijk worden om de Thermosmart te integreren met systemen die domotica aansturen.Inmiddels heeft Thermosmart al een bèta-test ondergaan, waarbij het apparaat in 25 huishoudens is aangesloten. Het bedrijf claimt dat de slimme thermostaat met de meeste cv-ketels overweg kan. Via wifi wordt het apparaat aangesloten op een router en dus het thuisnetwerk.In Nederland worden slimme thermostaten al door verschillende bedrijven aangeboden. Onder andere verscheidene energiebedrijven bieden dergelijke apparaten aan.

Chipgigant Intel heeft aangekondigd dat de nieuwe generatie processors later dit jaar, tijdens de Computex-beurs, geïntroduceerd zal worden. Intel heeft 4 juni gekozen als datum voor de introductie van de processors die gebaseerd zijn op de Haswell-architectuur.De opvolger van de huidige Core-processors staat bekend onder de codenaam Haswell. Die versie, die op 22nm geproduceerd zal worden, wordt als de vierde generatie Core-processors onder de consumenten aangeprijsd. De huidige Ivy Bridge-processors, die eveneens op 22nm geproduceerd worden, staan bekend als de derde generatie Core-processors.Intel gaf de introductiedatum van 4 juni voor de Haswell-generatie vrij aan de hand van het aantal aantal nanosecondes tot de officiële introductie van de Haswell-processors. Haswell zal in verschillende versies, voor zowel laptops als desktops, beschikbaar worden. Voor desktops moeten moederborden over een nieuwe chipset en dito socket beschikken. De nieuwe generatie processors zou betere prestaties dan de huidige moeten leveren, terwij het energieverbruik verminderd zou worden, schreven we vorig jaar bij onze voorbeschouwing van Haswell.

AMD is bezig met een refresh van zijn ultraportable- en mainstreamlijn van mobiele cpu’s. Dell brengt een laptop met Phenom II-triplecore uit, Acer kiest een Athlon II K145 voor een nieuwe netbook en MSI werkt aan een notebook met Fusion-apu.In China en Australië heeft Dell een Inspiron M501R met Phenom II N870 op zijn site gezet, zo constateerde Cpu World. De N870 is de snelste mobiele triplecore tot nu toe. De chip heeft een kloksnelheid van 2,3GHz, 512KB L2-cache per core en een tdp van 35W. De laptop heeft verder onder andere een 15,6-scherm met led-backlight, een Radeon HD 550v-gpu, 2GB ddr3-geheugen en een hdd van 500GB.Acer komt met een upgrade voor zijn Aspire One 721-netbook. De fabrikant geeft de mogelijkheid een Athlon II K145 in te bouwen: een nieuwe singlecore met een kloksnelheid van 1,8GHz en 1MB L2-cache, volgens opnieuw Cpu World. De K145 is slechts een fractie sneller dan de K125, waarmee Acer de Aspire One 721 ook levert en die een kloksnelheid van 1,7GHz heeft.

De 15,6-laptop waaraan MSI volgens TechPowerUp werkt, is niet met een nieuwe Phenom II of Athlon II uitgerust, maar met de E-350. Dit is een Fusion-accelerated processing unit met processor en grafische chip op basis van het Brazos-platform. De kloksnelheid van de E-350-dualcore is 1,6GHz en de Radeon HD 6310-gpu van de chip loopt op 500MHz. De tdp van de apu is 18W. Veel meer is niet bekend over de CR650, zoals de laptop heet, behalve dat deze een hd-webcam en hdmi heeft.De updates van de Phenom II’s en Athlon II’s moeten de concurrentie aangaan met de mobiele Sandy Bridge-processors van Intel. De apu’s gaan het vooral opnemen tegen de energiezuinige culv-chips van Intel en de Atom-processors.Microsoft heeft Motorola aangeklaagd in de EU, omdat Motorola niet op redelijke voorwaarden licenties voor de h264-videostandaard wil verstrekken. Volgens Microsoft gebruikt Motorola’s nieuwe eigenaar Google de patenten offensief.

Motorola wil voor vijftig patenten van de h264-videostandaard 22,50 dollar hebben als een laptop 1000 dollar kost. Dat is te veel, vindt de Windows-maker. Het bedrijf claimt zelf aan concurrerende bedrijven 20 dollarcent te vragen voor het gebruik van veel meer patenten. Bedrijven die patenten bezitten, moeten iedereen een licentie verstrekken op dezelfde, redelijke voorwaarden. Microsoft claimt dat Motorola dat niet doet. Motorola wordt naar alle waarschijnlijkheid binnenkort overgenomen door Google.De stap is onderdeel van de patentenstrijd die woedt tussen techbedrijven, vooral bedrijven die op de smartphonemarkt actief zijn. Naast Samsung en Apple hebben veel andere bedrijven elkaar aangeklaagd. Microsoft zelf zet in op het sluiten van licentieovereenkomsten. Veel fabrikanten van Android-toestellen, zoals HTC en Samsung, hebben dergelijke overeenkomsten gesloten.Chipbakker Intel heeft besloten om te gaan samenwerken met de makers van de ‘One Laptop Per Child’-laptop. Dit is opvallend omdat beide partijen eind mei nog forse kritiek op elkaar hadden.

One laptop per child / OlpcEind mei had Olpc-oprichter Nicholas Negroponte laten weten dat Intel zich zou moeten schamen over uitspraken waardoor het Olpc-project zich gekleineerd voelde. Daarnaast vond Negroponte het niet kunnen dat Intel zijn eigen goedkope computer, de Classmate PC, ver onder de kostprijs verkocht om het Olpc-project uit ontwikkelingsmarkten te verdrijven. De twee organisaties hebben deze situatie uitgesproken en besloten om gezamenlijk verder te gaan. Intel zal, zo is afgesproken, net als onder meer AMD en Red Hat een persoon leveren die zitting neemt in de raad van commissarissen van de Olpc-organisatie.Het kloppend hart van de XO-laptop van het Olpc-project is een AMD-processor. De toetreding van Intel tot het project zal hierin geen verandering brengen. Volgens Will Swope, werkzaam bij Intel, zullen opvolgers van de huidige XO-laptops eventueel wel voorzien worden van Intel-chips. De door de Olpc’ers gebouwde servers, die gebruikt worden voor de backups van XO-laptops, maken wel gebruik van Intel-hardware. Intel en het Olpc-project hebben ook afspraken gemaakt over de compatibiliteit van software. Het is de bedoeling dat programmatuur die is geschreven voor de XO zal werken op Intels Classmate PC en vice versa. Zoals het er nu naar uitziet, zullen zowel de Classmate PC van Intel als de XO van het Olpc-project verkocht blijven worden.

De eerste specificaties van de refresh van Dells XPS 15-laptops zijn online verschenen. Er komen configuraties met Core i5- en Core i7-processors uit Intels nieuwe Ivy Bridge-lijn. De schermen zijn mat en hebben de 1920×1080-resolutie.In de aanloop naar de introductie van Intels Ivy Bridge-generatie van processors, duiken steeds meer details op van nieuwe laptops van fabrikanten. Dit keer is het Dell-lab.posterous dat informatie over komende Dell XPS 15-modellen online zet. Het blog publiceert vaker vroegtijdig over nieuwe Dell-producten.De Dell XPS L521X krijgt een mat 15,6-scherm met resolutie van 1920×1080 en de maximale hoeveelheid ram is 8GB. Optioneel wordt het model uitgerust met een x5 blu-ray-combodrive, terwijl de maximale opslaghoeveelheid 1TB is. Er kan echter ook voor een sata600-ssd met maximale opslaggrootte van 512GB gekozen worden. De specificaties duiden er verder op dat er tevens voor een additionele msata-ssd van 32GB tot en met 256GB gekozen zal kunnen worden.

De keuze wat betreft processor zal bestaan uit de Core i5-3210M-dualcore, met kloksnelheid van 2,5GHz en Turbo Boost naar 3,1GHz, of de i7-3612QM-quadcore, die standaard op 2,1GHz loopt en eveneens een Turbo naar 3,1GHz biedt. Daarnaast levert Dell de systemen volgens het weblog met een grafische kaart die over 1GB of 2GB videogeheugen beschikt, maar om welke kaarten het gaat is nog niet bekend. Ook is niet bekend of Dell veranderingen aan het design doorvoert en wanneer de systemen moeten verschijnen.Intel heeft zijn plannen op notebookgebied aan laptopfabrikanten bekendgemaakt. In het derde kwartaal arriveert het Calpella-platform voor notebooks en in september wordt de Atom N270 uitgefaseerd ten gunste van de Pineview.De komst van het Calpella-platform in het derde kwartaal is conform de planning. Intel maakt met dit platform de Nehalem-architectuur beschikbaar voor notebooks. De fabrikant heeft hierbij twee cpu’s in de aanbieding: de op 45nm gebakken Clarksfield-cpu is een quadcore en de op 32nm geproduceerde Arrandale-processor beschikt over twee normale cores en een geïntegreerde grafische kern. De chips worden gecombineerd met de mobiele Ibex Peak-chipsets, met codenamen GM57, GM55 en PM55.

Calpella is bedoeld voor notebooks met 14-, 15,6-, 17,1- en 18,4-schermen en voor de prijsklasse vanaf 1200 dollar. In de aanloop naar de verschijning van Calpella zal Intel de prijzen van Montevina verlagen zodat notebookfabrikanten zich van hun voorraad kunnen ontdoen. De grote notebookfabrikanten als Quanta, Compal, MSI, ECS en Clevo zijn volgens Digitimes al voorbereid op de productie van Calpella-modellen en zullen in het eerste kwartaal van 2010 met een nieuwe lichting notebooks op basis van dit platform komen.Voor het 12- en 13-segment heeft Intel het consumer ultra low voltage-platform ontwikkeld. Naast energiezuinige en dunne modellen zullen ook traditionele laptops hierop gebaseerd worden. De prijzen van deze notebooks komen tussen de 700 en 1100 dollar te liggen.Hoog kwaliteit Laptop Accu’s vervangen,Notebook Batterij,Adaptor

Intel bracht begin dit jaar de op 1,66GHz geklokte Atom N280 uit, die een alternatief moest bieden voor de op 1,6GHz draaiende N270. Blijkbaar is de vraag naar de N280 niet volgens verwachting want Intel zou overwegen deze cpu samen met de GN40-chipset al deze zomer met pensioen te sturen. De netbookfabrikanten zouden het dan tot september met de N270 en de 945GSE-chipset moeten doen. In die maand wordt de N270 uit het assortiment gehaald om ruimte te maken voor de Pineview-cpu en de Tiger Point M-chipset, oftewel het Pine Trail-M-platform. De nieuwe cpu is kleiner dan de N270, verbruikt minder energie en kan hogere kloksnelheden aan.Intel zal de N270 wel nog gebruiken voor zijn netbook-ontwerp voor whitelabel-leveranciers. Een dergelijke 8,9-netbook zal een N270-cpu, de 945GSE-chipset, 512MB geheugen en een ssd van 8GB of 16GB bevatten. Het referentie-ontwerp zal verder op het Moblin 2-besturingssysteem draaien, waarvan Intel de ontwikkeling onlangs aan de Linux Foundation overdroeg. De prijs van deze netbooks moet ongeveer 256 dollar worden.

Hoog kwaliteit Samsung Laptop Accu’s vervangen,Samsung Notebook Batterij,Samsung Adaptor
http://www.accu-fabriek.com/samsung.html
Wij bieden de hoogste kwaliteit Samsung batterij, Hoog kwaliteit Samsung Laptop accu vervangen,alle Samsung laptop accu lage prijs,1 jaar garantie, Alle Samsung batterijen Veilig betalen,30 dagen niet goed, geld terug! Snel Geleverd !

Hoog kwaliteit Acer Laptop Accu’s vervangen,Acer Notebook Batterij,Acer Adaptor
http://www.accu-fabriek.com/acer.html
Wij bieden de hoogste kwaliteit Acer batterij, Hoog kwaliteit Acer Laptop accu vervangen,alle Acer laptop accu lage prijs,1 jaar garantie, Alle Acer batterijen Veilig betalen,30 dagen niet goed, geld terug! Snel Geleverd !

Power Tool Accu, Powertool Batterij, gratis bezorging
http://www.accu-fabriek.com/powertool-accu.html
Wij bieden de hoogste kwaliteit Gereedschap Accu, Hoog kwaliteit Power Tool batterij vervangen,alle Elektrisch gereedschap accu lage prijs,1 jaar garantie, Alle batterijen Veilig betalen,30 dagen niet goed, geld terug! Snel Geleverd !

Accu Samsung N143 Plus

Die drie quadcores, de Core i7-3920XM, i7-3820QM en i7-3720QM, zijn op respectievelijk 2,9GHz, 2,7GHz en 2,6GHz geklokt en ondersteunen hyperthreading. De turbosnelheden liggen net als de standaardsnelheden iets hoger dan die van de huidige Sandy Bridge-quadcores, maar de grote verandering voor Ivy Bridge zit in de gpu, die voortaan HD Graphics 4000 heet. De gpu moet een stuk krachtiger zijn dan de HD Graphics 2000 en 3000 van Sandy Bridge.De tdp’s van de processors blijven gelijk, ondanks de introductie van de zogeheten trigate-transistors, die zuinigere en snellere processors moeten opleveren. De snelste quadcore krijgt een tdp van 55W, de andere twee een tdp van 45W. Naast de quadcores moeten in mei drie dualcores met hyperthreading uitkomen. Deze enkele i7 en twee i5′s krijgen alledrie tdp’s van 35W en kloksnelheden van 2,6 tot 2,9GHz.In het zuinige segment vervallen de Low Voltage-processors met tdp’s van 25W. Die worden vermoedelijk vervangen door standaard-Ivy Bridge-processors die dankzij programmeerbare tdp’s zuiniger functioneren. Ook wordt de ULV-serie vervangen door de Ultra-serie, met tdp’s van 17W. Die serie is vooral voor ultrabooks en vergelijkbare laptops bedoeld. Intel zou bovendien van plan zijn om de low-end processors niet te updaten; Celerons en Pentiums blijven op Sandy Bridge gebaseerd.

De specificaties van de eerste drie op 14nm geproduceerde Broadwell-processors van Intel zijn online verschenen. Volgens de laatste planning moeten de Core M-processors in de zuinige Y-lijn nog dit jaar verschijnen.De eerste generatie Broadwell-processors bestaat uit drie dualcores en, zoals altijd bij de chips met Y-aanduiding, hebben ze een laag verbruik. De tdp bedraagt 4,5W en hiervoor heeft Intel de standaard-kloksnelheid van zowel het cpu- als het gpu-deel zeer laag gehouden. Wel beschikken de processors over aanzienlijk hogere Turbo-kloksnelheden.Core M 5Y10 en de 5Y10a beschikken over nagenoeg dezelfde specificaties. De Core M 5Y10 heeft wel een configureerbare tdp, beschrijft Cpu World, zodat deze bijvoorbeeld met een lagere tdp dan 4,5W ingesteld kan worden. De Core M5Y70 is een zuinige chip voor zakelijke dunne laptops en tablets. Deze dualcore ondersteunt ook HyperThreading om aan vier threads tegelijk te kunnen werken, de kloksnelheid is hoger dan die van de 5Y10-modellen en er is ondersteuning voor Trusted Execution en Intels vPro-platform.

Volgens VR-Zone staat op de recentste planning van Intel nog steeds dat de Core M-modellen eind dit jaar verschijnen en dat de productie op korte termijn gaat beginnen. De levering van de eerste zuinige chips met U-aanduiding voor onder andere ultrabooks start eind dit jaar, zodat die beschikbaar zouden moeten zijn in systemen aan het begin van 2015. Daarbij gaat het om de 2+2- en de 2+3-varianten die over respectievelijk de GT2- en GT3-gpu beschikken. De minder krachtige 2+1-versies van de Broadwell-chips met U-aanduiding, die als Celeron en Pentium verschijnen, komen later in het eerste kwartaal van 2015.Broadwell is de opvolger van de huidige Haswell-generatie van Intel-processors. De chips worden op 14nm geproduceerd, waar dat nu nog 22nm is.

Intel zou aan de afnemers van zijn energiezuinige Atom Z-processors voor netbooks hebben gemeld dat het bedrijf binnenkort geen nieuwe orders voor de cpu’s meer aanneemt. Dat zou erop wijzen dat Intel met de Z-serie wil stoppen.Intel zou de huidige voorraden nog op willen maken, maar daarna zou het afgelopen zijn met de Z-serie. Het bedrijf levert de chips sinds april 2008 aan fabrikanten van netbooks. Volgens website Digitimes, die zich op niet nader gespecificeerde bronnen beroept, heeft Intel dat inmiddels aan zijn klanten laten weten. Nieuwe orders zouden ‘binnenkort’ niet meer geaccepteerd worden, zo schijft de site.De Atom Z-serie bestaat uit energiezuinige singlecore-processors met 512KB L2-cache. De Z-cpu’s hebben bescheiden kloksnelheden: de snelste variant heeft een kloksnelheid van 2GHz, terwijl de traagste zijn werk zelfs op slechts 800MHz doet. Met tdp’s die variëren tussen 0,65W en – voor het topmodel – 2,4W, zijn de Z-Atoms vooral in zeer energiezuinige netbooks te vinden, waar snelheid geen prioriteit is.

Apple zou OS X 10.9 voorzien van diverse nieuwe features voor power-users, zo schrijft 9to5 Mac op basis van eigen bronnen. Zo krijgt de Finder tabbladen en kunnen gebruikers met verschillende monitoren apps op één scherm full screen tonen.OS X 10.9 moet later dit jaar uitkomen, meldt 9to5 Mac. Daarin zou dus onder meer een nieuwe versie van de Finder komen, met tabbladen en tags. Ook zou er een nieuwe versie van Safari in het besturingssysteem zitten. Daarnaast zou de ondersteuning voor verschillende monitoren verbeterd zijn. Gebruikers zouden een ‘Space’ kunnen toewijzen aan een monitor, waarop een app full screen draait, terwijl de rest van de interface gewoon zichtbaar is op een ander scherm.Ook zou Apple in versie 10.9 enkele features van iOS willen inbouwen, zoals de manier om van taak te wisselen. Bovendien zouden apps op de achtergrond waar mogelijk gepauzeerd kunnen worden om accuduur te sparen op laptops.

Apple heeft nog niets losgelaten over OS X 10.9, maar in de afgelopen jaren bracht het bedrijf elk jaar een nieuwe versie van zijn desktopbesturingssysteem uit. Vermoedelijk komt de nieuwe versie van OS X net als voorgaande versies alleen uit als update in de Mac App Store.De Eduwise Classmate PC, Intels goedkope laptop voor ontwikkelingslanden, wordt in Brazilië geëvalueerd. Intel stelt circa 750 exemplaren van de 400 dollar kostende laptop beschikbaar voor een grote test in het onderwijs.De Eduwise Classmate PCBrazilië heeft tientallen miljoenen inwoners die geen beschikking hebben over een computer of toegang tot het internet, en op veel scholen worden computers nauwelijks gebruikt. De overheid hoopt door deelname aan de grootschalige test de kloof tussen mensen die de beschikking hebben over een computer en de ‘computeranalfabeten’ te verkleinen. De overeenkomst met de overheid is tot stand gekomen nadat de president van het Zuid-Amerikaanse land een prototype van de OLPC-laptop had gekregen. Het is de bedoeling dat ook deze laptop, ontwikkeld door een non-profitorganisatie, en een derde type van Indische makelij worden getest. ‘We gaan de laptops in de klas gebruiken, en zullen dan zien hoe de ervaringen in de praktijk zijn’, aldus José Aquino, binnen de Braziliaanse overheid verantwoordelijk voor het project.

De laptop van Intel is onder meer uitgerust met een 7″-scherm en een draadloze netwerkverbinding. Voor de opslag wordt gebruik van gemaakt van flashgeheugen. Het is nog niet duidelijk of er Windows of Linux op de Braziliaanse versie gebruikt zal worden, hoewel de Braziliaanse overheid – vanwege de lagere kosten – de voorkeur geeft aan het opensource besturingssysteem. Of dit argument nog standhoudt, is overigens de vraag; Bill Gates heeft aangegeven dat hij graag wil dat er Windows op de laptops voor ontwikkelingslanden gaat draaien, mogelijk zelfs gratis. Hoewel het exemplaar van Intel meer dan twee keer zo duur is als die van de OLPC-groep, verwacht Intel dat de prijs door massaproductie omlaag zal gaan. Ook wijst Intel op het feit dat er nog geen transportkosten in de prijs van de OLPC-laptop zijn verwerkt. In een reactie zei Walter Bender, werkzaam bij de OLPC-groep, dat het verschepen van een laptop van de productielocatie in Shanghai naar Sao Paulo geen 250 dollar zal kosten. Zijn organisatie is overigens wel blij met concurrentie: die kan de prijs van de goedkope laptops alleen nog maar verder omlaag brengen.

In de Amerikaanse staat Wyoming is een grote hoeveelheid lithium gevonden. De hoeveelheid is genoeg om aan de jaarlijkse vraag in de Verenigde Staten te voldoen en zou de VS een exporteur van de grondstof maken, waar nu nog 80 procent van het gebruik geïmporteerd moet worden.Lithium is van groot belang voor de accumarkt, waar lithium-ionaccu’s in onder andere smartphones, laptops en elektrische auto’s gebruikt worden. De VS importeert momenteel 80 procent van alle lithium die het land jaarlijks nodig heeft, maar daar gaat verandering in komen. In de staat Wyoming is een hoeveelheid van 228.000 ton lithium gevonden, genoeg om aan de jaarlijkse Amerikaanse vraag te voldoen.In het beste geval kan er zelfs 18 miljoen ton lithium gewonnen worden. Daarmee zou 720 jaar lang de huidige wereldwijde productie gewonnen kunnen worden, schrijven wetenschappers van de University of Wyoming Carbon Management Insitute. Onder andere om aan de stijgende vraag naar elektrische auto’s te kunnen voldoen is de verwachting dat de vraag naar lithium sterk gaat stijgen. Tegelijk leidt het delven van zeldzame aardmetalen steeds vaker tot internationale conflicten. China is de dominante speler in de productie van aardmetalen.

Het Nederlandse bedrijf Thermosmart heeft via crowdfunding meer dan 25.000 euro opgehaald voor een slimme thermostaat. Het apparaat is op afstand te bedienen met mobiele apparaten en kan via een agenda-applicatie geprogrammeerd worden.Via de crowdfundingwebsite Oneplanetcrowd werd het gestelde doel van 25.000 euro met nog twee weken te gaan al ruim overschreden. Dat betekent dat Thermosmart zijn slimme thermostaat zal introduceren op de Nederlandse markt, al zal het voorlopig nog om een klein aantal gaan. Met Thermosmart kunnen gebruikers via een app, die geschikt is voor Android en iOS, hun thermostaat instellen. Daarbij wordt ook een ‘agenda-feature’ geleverd, waarbij temperatuurinstellingen zijn te programmeren. Overigens is Thermosmart ook via pc of laptop te benaderen.

Hoog kwaliteit Laptop Accu’s vervangen,Notebook Batterij,Adaptor

Batterie HP EliteBook 8440w

Comment rendre les ascenseurs en service plus fiables et plus sûrs, tout en réduisant les coûts d’entretien ? Pour ThyssenKrupp, la solution réside dans la combinaison de l’internet des objets, du Big Data et du cloud computing. Et c’est ce que l’ascensoriste compte mettre en place pour son parc de 1,1 million d’ascenseurs dans le monde. Avec l’aide du groupe canadien de services numériques CGI, il va connecter, d’ici à 5 ans, tous ses ascenseurs au cloud Azure de Microsoft. Objectif : analyser en temps réel les données issues de ses machines par les outils Big Data de l’éditeur américain pour anticiper les pannes, réduire les temps hors service et baisser les coûts de maintenance.
ThyssenKrupp a validé le projet avec un démonstrateur de faisabilité sur 50 ascenseurs, la moitié à Seattle, aux États-Unis, l’autre moitié à Stuttgart, en Allemagne. L’étude a ensuite été étendue à plus de 100 ascenseurs supplémentaires fin 2014 dans ces deux pays, avant le coup d’envoi du déploiement mondial prévu en juin 2015.

TROIS SERVICES MICROSOFT
Dans chaque ascenseur, des milliers de capteurs recueillent des données comme l’accélération et la vitesse de la cabine, la distance parcourue, la fréquence d’ouverture et de fermeture des portes, la quantité d’électricité consommée, la température du moteur ou encore l‘alignement de l‘arbre. À ces mesures s’ajoutent les alertes d’anomalies transmises par le système de contrôle-commande sous forme de codes d’erreur. Ces données sont triées, analysées et stockées dans le cloud Azure de Microsoft. Les agents au centre de surveillance, comme les techniciens sur le terrain, peuvent procéder à des diagnostics à distance en visualisant les indicateurs clés de la santé des ascenseurs sur leurs écrans de contrôle ou leurs terminaux mobiles. Tout le monde accède au même tableau bord en temps réel, assure Rory Smith, directeur de la stratégie de développement de Thyssenkrupp en Amérique.

Le système combine trois services dans le cloud Azure de Microsoft : Intelligent Systems Service (ISS), BI Power for Office 365 et Machine Learning. Le premeir sépare les alertes d’incidents des données de fonctionnement, analyse les informations et en extrait les indicateurs les plus pertinents pour la surveillance et le diagnostic des ascenseurs. BI Power for Office 365 propose, lui, aux gestionnaires des visualisations de ces indicateurs sous la forme de tableau de bord sur leurs écrans de contrôle. En explorant les données, ils peuvent surveiller en temps réel le fonctionnement des ascenseurs, procéder à des diagnostics à distance et optimiser la planification des interventions sur site. Avec une appli mobile, les techniciens de réparation accèdent sur leurs ordinateurs portables ou de poche au même tableau de bord que les gestionnaires au centre de maintenance, note Rory Smith.

MAINTENANCE PRÉDICTIVE
Le service Azure Machine Learning injecte les données en provenance des ascenseurs dans un moteur d’apprentissage statistique qui les corrèle avec l’historique afin de détecter les signaux faibles annonciateurs de pannes proches. Ainsi, le service de maintenance sait à l’avance le type de pannes à venir, sur quel ascenseur et quand. Il peut anticiper les réparations de façon à éviter les arrêts de fonctionnement. Nous allons au-delà des normes professionnelles en matière de maintenance préventive en offrant une maintenance prédictive, qui augmente le taux d’activité de nos ascenseurs, déclare Andreas Schierenbeck, PDG de ThyssenKrupp Ascenseurs.

Le système améliore aussi l’efficacité de la maintenance en aidant le technicien sur site à identifier la source de la panne. Les anomalies de fonctionnement sont signalées par le système de contrôle-commande sous la forme de codes d’erreurs. Or il existe pas moins de 400 codes d’erreur différents, avec pour chacun une multitude de causes possibles. Le service Azure Machine Learning détermine les trois ou quatre causes les plus probables du code d’erreur signalé par l’ascenseur et les endroits où elles se trouvent. Ce qui fait dire à Rory Smith que l’ascenseur devient suffisamment intelligent pour apprendre au technicien comment le réparer. Drôle de répartition des rôles entre la machine et l’homme !
Ce concept est visible sur le stand d’Intel. Et pour cause : le projet a remporté le troisième prix du concours Make it wearable organisé à l’automne 2014 par le géant américain des puces. Depuis, Intel accompagne la jeune pousse munichoise dans son développement, alors qu’elle est de plus en plus sollicitée par des acteurs de l’industrie. L’exemplaire de test a été conçu à l’aide du module de prototypage Edison, l’ordinateur miniaturisé d’Intel.

UN GANT VIBRANT POUR ASSISTER L’OUVRIER
Ce gant doté d’une puce RFID, relié à un bracelet connecté, a plusieurs fonctions. Il permet de scanner des pièces directement, ce qui évite de se saisir d’un pistolet, par exemple, explique Thomas Kirchner, le fondateur de la start-up. Cela permet de gagner 2 à 3 secondes, et dans une usine, le temps c’est de l’argent ! Le gant peut aussi servir de guide lors de certaines procédures. On peut imaginer qu’il vibre lorsque le travailleur se saisit du mauvais objet, poursuit l’inventeur, qui juge que son approche est plus adaptée à l’environnement industriel que des lunettes intelligentes, par exemple. On a déjà beaucoup d’informations à traiter dans un environnement de travail, le gant est simplement là pour apporter une aide au bon moment.

ProGlove est actuellement en discussion avec plusieurs géants allemands de l’industrie (notamment de l’automobile et de la logistique) pour tester le gant intelligent en conditions réelles. La start-up vise un lancement commercial début 2016.
REPORTAGE S’il ne consomme pas de kérosène, l’avion solaire Solar Impulse carbure aux données numériques ! Grâce à leur traitement, Altran a élaboré des modèles pour optimiser le plan de vol de l’appareil. En mars 2015, L’Usine Digitale était entrée dans le centre de contrôle du Solar Impulse, à Monaco. Partout des écrans, constellés de courbes colorées, de cartes géographiques détaillées, d’indications sans cesse changeantes sur le vol. En hauteur, à la vue de tous, l’intérieur du cockpit retransmis en direct, où l’on devine par des images saccadées le dos du pilote. La Mission Control Centre (MCC) de l’avion solaire Solar Impulse ressemble à s’y méprendre aux salles de contrôle des lancements de fusée. A ceci près qu’il ne se trouve pas au niveau de l’équateur mais au beau milieu de la principauté de Monaco.

Dans un mélange d’excitation et de tension palpable, une vingtaine d’experts (météorologues, mathématiciens, ingénieurs de vol, contrôleurs aériens…) s’emploie à réaliser un rêve industriel inédit : effectuer un tour du monde en avion sans consommer la moindre goutte de kérosène. Un exploit qui repose sur deux pilotes d’exception, Bertrand Piccard et André Borschberg. Mais aussi sur des modèles numériques et des systèmes de simulation inédits mis au point par l’ingénieriste Altran. Sans ces outils numériques, jamais le Solar Impulse n’aurait pu prétendre à réaliser un tour du monde. Les pilotes peuvent compter sur leur ange gardien numérique…PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique – www.fr-batterie-portable.com

DES ALÉAS IMPOSSIBLES À PRÉVOIR
Nous devions prévoir le plan de vol avec six mois, voire un an d’avance, sans que les météorologues ne puissent prévoir quoi que ce soit à cette échéance, raconte Christophe Beesau, mathématicien chez Altran, tout en gardant un œil attentif sur son écran d’ordinateur pour suivre le vol de l’appareil. Personne ne pouvait répondre à cette question. Un impératif de prévisibilité qui s’explique par les innombrables demandes d’atterrissage à effectuer aux aéroports, les besoins d’insertion dans l’espace aérien et le calendrier à respecter pour assurer une bonne promotion de l’appareil.

Achat HP batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/hp.html
Batterie neuve pour HP ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Samsung batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/samsung.html
Batterie neuve pour Samsung ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Acer batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/acer.html
Batterie neuve pour Acer ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Batterie HP Compaq nx6125

La branche française d’Uber a été condamnée en octobre dernier à une amende de 100 000 euros pour pratiques commerciales trompeuses pour avoir présenté UberPOP comme du covoiturage. Uber a fait appel de cette décision et continue de proposer ce service. La société a par ailleurs rendez-vous le 31 mars prochain avec la justice française, qui devra se prononcer en appel sur une demande d’interdiction d’UberPOP, formulée par trois sociétés de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) concurrentes déboutées en première instance. Tout le monde connait Intel. Le spécialiste des processeurs, qui vient d’annoncer qu’il allait se séparer de 5% de ses effectifs cette année, a réussi à se faire un nom auprès des fabricants d’ordinateur grâce à son célèbre Intel inside. Il a trusté longtemps 80% des parts de marché des processeurs PC mais cette hégémonie pourrait causer sa perte aujourd’hui. Sauf à ce qu’Intel pense enfin outside…

Le règne de sa majesté PC a fait d’Intel l’un des rois de l’électronique. Ses processeurs étaient si puissants qu’ils se sont imposés comme un critère discriminant au moment de l’achat. Le fameux label Intel Inside devenant même plus puissant que la marque du fabricant de l’ordinateur lui-même ! Ce temps-là semble révolu. Sans verser dans un catastrophisme annonçant la mort du PC, il est clair que le marché de l’informatique se partage désormais entre plusieurs devices : PC, tablettes, téléphones et data center. C’est en effet entre ces quatre supports que les utilisateurs pro ou grand public arbitrent pour réaliser les tâches assumées autrefois à 100% par nos tours.

Windows 10 sortira cet été dans 190 pays et en 111 langues. Le système d’exploitation, qui cristalise la stratégie de convergence de Microsoft et sur lequel il mise beaucoup, fera l’objet de plusieurs grands partenariats avec des entreprises chinoises, et introduira un nouveau système d’authentification biométrique pour abolir les mots de passe, devenus trop peu sûrs pour la sécurité informatique.
Lors de la conférence WinHEC à Shenzen (Chine) le 17 mars, Terry Myerson, le vice président exécutif des systèmes d’exploitation chez Microsoft, a annoncé la sortie de Windows 10 pour cet été, sans précision supplémentaire. Cela inclut la version de l’OS dédiée aux objets connectés, vouée entre autres à prendre la suite de Windows Embedded dans les systèmes embarqués (distributeurs automatiques de billets, contrôleurs industriels, matériel médical…). La sortie se fera simultanément dans 190 pays et 111 langues, avec notamment de nombreux efforts de la part de Microsoft envers le marché chinois.

En plus du support du Mandarin par Cortana, l’assistant(e) personnel(le) de Windows, Microsoft a annoncé plusieurs partenariats avec des entreprises chinoises. Lenovo (premier fabricant d’ordinateurs au monde), Tencent (leader des réseaux sociaux et du jeu en ligne en Chine), et Qihu 360 (un spécialiste de la sécurité informatique) proposeront chacun des services de mises à jour vers Windows 10 à leurs clients.
Lenovo commercialisera de plus des smartphones sous Windows pour l’opérateur China Mobile au second semestre 2015. Enfin, certains utilisateurs avertis du smartphone Mi 4 de Xiaomi seront invités à tester Windows 10 en avant première sur leur appareil (en téléchargeant la Technical Preview). Une initiative notable car le Mi 4 est vendu avec le système d’exploitation rival Android, mais finalement pas si surprenante, car Xiaomi présentait justement au MWC 2015 il y a quelques semaines un Mi 4 tournant sous Windows 10.

BYE BYE LES MOTS DE PASSE, HELLO LE BIOMÉTRIQUE
Cette conférence a aussi été l’occasion pour Microsoft de présenter le futur système d’authentification de son OS, baptisé Windows Hello. Il procurera une expérience biométrique unifiée aux utilisateurs sur tous les appareils équipés de Windows, les dispensant d’utiliser un mot de passe (ou une carte à puce, pour certains professionnels). Une approche à la fois plus pratique (car elle permettra un log-in automatique) et plus sûre, et qui ne se limitera pas qu’aux appareils à destination du monde professionnel comme c’était le cas depuis des années avec les lecteurs d’empreintes digitales.

Il existe donc trois solutions à mon problème :
1/ Je trouve le (ou les) fournisseur(s) qui vont réussir à me faire mon mouton, parce que peut-être, on ne sait jamais, par hasard, si ça se trouve, sans faire exprès, les yeux bandés, sur un malentendu, quelqu’un va y arriver. Quitte à ce que ça prenne plus de temps pour trouver cette (ces) personne(s).
2/ Je privilégie l’efficacité et la simplicité, je fais une ou plusieurs concessions importantes pour avancer rapidement et sortir vite ce premier produit. Quitte à toucher à l’un des éléments de l’ADN de mon projet.
3/ D’un air rageur, je me lève, renverse ma chaise, balaye dans un grand geste théâtral mon ordinateur que j’envoie se fracasser contre le mur de gauche, et hurle : En 3 mois, je n’ai jamais vu un tel mouton, dans ce pays de merde ! Ce pays ne mérite pas The Morning Company. Quitte à ce que ça ne solutionne rien, voire que ça complique ma situation.

UN NOUVEAU MACBOOK
Apple a, par ailleurs, dévoilé un nouvel ordinateur portable, intitulé simplement MacBook, avec un écran Retina de 12 pouces, le plus léger et le plus fin jamais fabriqué par Apple. Il pèse moins d’un kilo, pour 13.1 mm d’épaisseur. Les ingénieurs ont dû repenser la conception du produit pour obtenir tel résultat, et ont gagné de l’espace en supprimant le ventilateur. Des capteurs de pression permettent une précision accrue, et le clavier a été entièrement repensé. Le MacBook sera disponible en version dorée, à un prix de départ de 1299 euros, dès le 10 avril. Le notebook avec la meilleure efficacité énergétique au monde, selon Apple, a une autonomie de 9 heures pour surfer sur le web. Un port unique USB-C remplace tous ceux qui existent actuellement sur le MacBook Air, et nécessitera certainement de nouveaux adaptateurs.
Intel et IBM travaillent sur la blockchain, la technologie sur laquelle est basée le bitcoin, cette fameuse crypto-monnaie créée en 2009. Ils voudraient notamment l’utiliser pour permettre aux personnes physiques et morales d’échanger des euros ou des dollars, par exemple, de manière décentralisée, sans passer par une banque.

Windows Hello supportera trois méthodes d’authentification pour peu que le matériel soit compatible : reconnaissance faciale, scan de l’iris d’un des yeux, ou lecture d’une empreinte digitale. La technologie a été développée en partie sur la base des travaux liés à la caméra Kinect, qui capture la profondeur de champ et peut identifier avec précision le visage d’une personne peu importe les conditions de visibilité (et sans être berné par une simple photo). Cette fonctionnalité nécessitera un hardware adéquat (il sera sinon possible d’utiliser un mot de passe). La technologie RealSense récemment dévoilée par Intel est notamment compatible, et tous les appareils l’utilisant pourront tirer pleinement avantage de Windows Hello. Pour les smartphones, il faudra attendre la sortie de terminaux équipés des capteurs appropriés (comme la nouvelle technologie Snapdragon Sense ID de Qualcomm).

L’infrastructure derrière Hello s’appuie sur un framework appelé Passport. Microsoft le mettra à disposition des développeurs pour mieux sécuriser applications, réseaux ou même des sites web. Passport et Hello sont conçus pour être compatibles avec la norme mise au point par l’alliance FIDO (Fast IDentity Online), dont fait partie Microsoft, qui vise à remplacer les mots de passe sur Internet par des méthodes d’authentification plus sûres. Pour s’assurer de la sécurité de ces données, Passport et Hello les conservent en local sur la machine et ne transmettent qu’une clé publique à l’extérieur.
CAS D’ÉCOLE Pour améliorer la fiabilité et la sécurité de ses ascenseurs en service, ThyssenKrupp combine l’Internet des objets, le Big data et le cloud computing. Ainsi, le service de maintenance surveille en temps réel les machines, procède à des diagnostics à distance et anticipe les pannes.

PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique – www.fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com
Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique – www.fr-batterie-portable.com , Achat immédiat 20% de réduction!

Achat Asus batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/asus.html
Batterie neuve pour Asus ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Dell batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/dell.html
Batterie neuve pour Dell ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Batterie HP Compaq 6710b

Près de trois ans après la présentation de la première Surface RT, Microsoft dévoile ce 31 mars la troisième génération de sa tablette hybride. Fini Windows RT, la version du système d’exploitation de Microsoft créée spécialement pour les architectures ARM. Non compatible avec les logiciels Windows traditionnels pour architecture x86 (Intel et AMD), elle n’avait pas rencontré le succès escompté. La Surface 3 tourne de son côté sous Windows 8.1, comme sa grande soeur la Surface Pro 3, et bénéficiera au même titre d’une mise à jour gratuite vers Windows 10.
Elle est équipée pour cela du processeur Intel Atom x7, plus puissant que le Nvidia Tegra 4 (coeur ARM Cortex A15) de la Surface 2. Cela mis à part, cette nouvelle Surface est généralement proche du précédent modèle. Légèrement plus fine et légère (8,7 mm d’épaisseur pour 622 grammes), la principale différence d’un point de vue matériel est l’écran, qui passe d’un format 16:9 avec une diagonale de 10,6 pouces et une résolution de 1920 x 1080 pixels à un format 3:2 avec une diagonale de 10,8 pouces et une résolution de 1920 x 1280 pixels. L’écran supporte de plus l’utilisation du stylet tactile, comme la Surface Pro.

HARDWARE PEAUFINÉ, SOFTWARE REPENSÉ
Les ports sur la tablette restent les mêmes : USB 3.0, mini-DisplayPort, carte microSD, mini-jack 3,5 mm, à l’exception de la recharge en énergie, qui se fait désormais via un port micro-USB (par opposition au port propriétaire de la Surface 2 et de la Surface Pro 3). La Surface 3 a une autonomie estimée de 10 heures. La caméra frontale ne change pas (3,5 mégapixels), mais celle au dos passe de 5 à 8 MP.
Un nouveau clavier Typer Cover (avec des touches physiques) est disponible, mais le Touch Cover (tactile) ne l’est plus. Le port pour ces accessoires restant le même, les anciens modèles seront a priori compatibles, même si leur taille ne correspondra pas tout à fait. A noter que le nouveau clavier intègre un pavé tactile amélioré. Une station d’accueil est également proposée en option, encore une fois similaire à celle déjà disponible pour la Surface Pro 3. Les utilisateurs de la Surface 3 bénéficieront par ailleurs d’un abonnement d’un an à Office 365 Personnel, la solution bureautique de Microsoft sur le cloud.

La Surface 3 sera disponible en France le 7 mai à un tarif de 599 euros pour un modèle équipé de 64 Go de stockage et de 2 Go de RAM. Le modèle au-dessus, qui possède 128 Go de stockage et 4 Go de RAM, sera lui à 719 euros. Une version 4G a également été annoncée, mais sans date de sortie. Microsoft destine cette tablette principalement à la vie estudiantine et la mobilité en entreprise. L’Université de Phoenix et des entreprises comme Prada, BASF et Emirates se sont ainsi déjà engagées à en déployer au sein de leur structure. Avec son prix relativement agressif, la Surface 3 s’attaque au marché des ordinateurs portables autant voire plus qu’au marché des tablettes haut de gamme.
Intel va tailler dans ses effectifs en 2014. Le premier fabricant mondial de semi-conducteurs va supprimer 5% de sa masse salariale cette année, a annoncé un porte parole de l’entreprise le 17 janvier. Ceci rentre dans le cadre de l’ajustement de nos ressources humaines aux besoins professionnels, a dit à Reuters Chris Kraeuter.

Intel, qui emploie actuellement 107 000 personnes à travers le monde, est confronté à un déclin des ventes de micro-ordinateurs et veut se repositionner sur des segments de marché en forte croissance.
RÉSULTATS INFÉRIEURS AUX ATTENTES
Dans le cadre du salon Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, le PDG du groupe américain, Brian Krzanich, a dévoilé au début du mois plusieurs produits nomades, parmi lesquels un ordinateur miniature conçu sur la base de sa technologie basse consommation Quark et de la taille d’une carte mémoire SD.

Le groupe annoncé le 16 janvier des résultats trimestriels inférieurs aux attentes et des perspectives jugées peu enthousiasmantes pour les trois premiers mois de l’année.
Sony arrête les frais. Le constructeur nippon a confirmé la revente de sa marque d’ordinateurs portables Vaio, créée en 1996, à un fonds d’investissement japonais, Japan industrial partners. Sony était le neuvième constructeur de PC dans le monde avec 1,9% de parts de marché au troisième trimestre 2013 selon IDC. Très loin du nouveau leader Lenovo, qui s’est distingué en améliorant ses ventes dans un secteur en plein marasme.

SONY, VICTIME COLLATÉRALE DES TABLETTES ET DE LA GUERRE DES PRIX
Sony a payé son positionnement grand public et haut de gamme dans un marché où seul le segment low cost ou les produits hybrides (mi tablettes, mi PC) ont tiré leur épingle du jeu. Sony a bien proposé un produit mi tablette, mi-PC, le Vaio Duo, mais sans doute trop tard. Résultat : la firme n’a vendu qu’un peu moins de 6 millions d’ordinateurs en 2013, alors qu’il en avait écoulé jusqu’à 9 millions, les meilleures années. L’activité PC a sous-performé par rapport aux autres secteurs d’activité du géant japonais : jeux vidéo, appareils mobiles, télévision.

La marque Vaio, reprise par un fonds d’investissement japonais, devrait perdurer. Son siège restera basé à Nagano et Sony prendra 5% du capital de la nouvelle société pour l’accompagner dans la période de transition. Lenovo (qui avait racheté l’activité PC d’IBM en 2005) serait en discussions avec Sony pour exploiter la marque hors des frontières nippones.
Ce néo-Vaio a-t-il de l’avenir ? Nous pensons qu’il y a de la place pour pas mal d’acteurs sur le marché, explique Stéphane Krawczyk, research & consulting manager au cabinet IDC. Vaio bénéficie d’une forte image de marque et d’une base d’utilisateurs fidèles. La marque n’est donc pas forcément condamnée à l’oubli, d’autant plus que le marché des PC, après avoir touché le fond en 2013, devrait se stabiliser en 2014.
Ex-directeur commercial de relaxnews et de My Little Paris, Thomas Barret a décidé en 2015 de créer son entreprise. Ambition : ré-enchanter nos matins, avec sa gamme d’accessoires siglés The Morning Company. Chose peu commune, il choisit dès le début de son aventure de tenir un carnet de bord, afin de partager ses premiers pas et ses péripéties d’entrepreneur. L’Usine Digitale publie, chaque semaine, ses récits.

A bien y réfléchir, je crois que c’est ça, le terme juste : je passe mon temps à jouer au Jokari*. Mais alors autant ça me faisait marrer quand j’étais gamin, autant là je suis un peu moins enjoué.
Parce qu’en fait, à chaque fois que j’avance sur mon projet, j’ai l’impression que ça me revient dans la tronche, et sous une forme plus complexe que prévue. Je trouve un fournisseur ? Il me dégote un problème avec le design qu’il faudrait retoucher. Je retouche le design ? 3% de changement, ça fait perdre 80% d’élégance. On trouve une solution technique ? Ça coûte deux fois plus cher que prévu. Bref : je joue au Jokari, face à Nadal. Va falloir muscler mon jeu, comme dirait l’autre.
À LA RECHERCHE DU FOURNISSEUR PARFAITBatterie pour ordinateur portable http://www.fr-batterie-portable.com
Bon, si je fais preuve d’un chouille d’honnêteté intellectuelle, il est possible (je dis bien, possible) que je cherche un mouton à cinq pattes. Un design élégant, des matériaux de qualité, un assemblage à la main, tout ça en France ET avec un coût de revient acceptable. Chercher l’erreur. Ce mouton-là, même Saint-Ex’ aurait du mal à le dessiner.

Achat HP batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/hp.html
Batterie neuve pour HP ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Samsung batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/samsung.html
Batterie neuve pour Samsung ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Acer batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/acer.html
Batterie neuve pour Acer ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Batterie Lenovo L11S6F01

Pour Laurence Parisot, l’ancienne présidente du Medef, le numérique rebat totalement les cartes dans l’entreprise. Les partenaires sociaux doivent se saisir de ce sujet pour adapter le droit du travail à la flexisécurité de demain.
L’Usine Digitale – Le numérique accélère les mutations dans le monde du travail. Les entreprises françaises ont-elles pris la mesure de cette transformation ?
Laurence Parisot – Le numérique est un changement tellement profond que, paradoxalement, il est difficile à cerner. Dans certaines grandes entreprises, il y a eu des tâtonnements. Les entreprises françaises ne sont ni particulièrement en retard ni particulièrement en avance. La nomination chez L’Oréal d’un chief digital officer (CDO) qui intègre d’emblée le comité directeur du groupe est un signal : le numérique bouleverse toute l’entreprise. En fait, nous sommes face à un gigantesque reset, une redistribution des cartes qui donne à des entreprises en retard, pour telle ou telle raison, la possibilité de se remettre dans la course, ou à de nouveaux entrants exclusivement numériques de se mettre au niveau d’entreprises historiques. Toutes les positions sont remises en cause. Quand Amazon vend des pneus en ligne, Michelin relève le challenge !

L’organisation du travail telle qu’elle prévaut actuellement peut-elle résister à cette lame de fond ?
L’arrivée du numérique rend notre droit du travail complètement obsolète. Une anecdote racontée par le PDG de Netflix, Reed Hastings, est éclairante à ce propos. À la suite d’une crise, au début de son activité, il a dû revoir l’organisation de l’entreprise. Alors qu’il expliquait à un informaticien pourquoi il avait supprimé deux postes dans son équipe, ce dernier lui a répondu : Ce n’est pas grave. J’ai plus de travail, mais il est plus intéressant. Depuis, Reed Hastings a compris que l’organisation optimale doit aujourd’hui se concentrer sur l’individu. Or notre conception du droit du travail est à l’opposé : nous raisonnons par catégories de salariés. Les mêmes règles, les mêmes droits et devoirs pour tous les salariés d’une catégorie donnée. Le numérique impliquera une massification de l’approche individuelle du travail. La logique sera comparable à ce que l’on voit déjà émerger dans les relations entre l’entreprise et ses clients ou entre l’entreprise et ses fournisseurs.
Trouvez-vous que les partenaires sociaux anticipent ces évolutions ?

Tant côté patronal que syndical, la réflexion sur le droit du travail dans un monde digital est quasi inexistante. Dans les entreprises, la stratégie numérique se développe principalement au niveau des enjeux de production, de marketing, de communication. Les questions d’organisation ne sont appréhendées qu’à la marge. L’effet social et l’effet politique du numérique commencent tout juste à être appréhendés. Or tout va être modifié dans tous les types d’entreprises. Dans l’industrie, les premières esquisses des usines du futur présentent des machines qui se parlent entre elles. Les nouvelles tâches à accomplir vont modifier les durées et les séquences de travail et, surtout, la nature et l’étendue des responsabilités de chacun.
Le numérique ne va-t-il pas remettre aussi en cause le rôle des organisations syndicales ?
Je pense que le monde des partenaires sociaux, comme le monde politique, devrait se demander comment prendre appui sur cette révolution technologique phénoménale pour mener à bien les évolutions nécessaires : la protection sociale, le fonctionnement du marché du travail, l’éducation… L’approche des différents sujets socio-économiques reste trop classique, du type le stress face à l’écran d’ordinateur.
Le stress est un sujet important, non ?

Je plaide avec force, depuis des années, pour développer des modes de prévention aux risques physiques et psychologiques. Il faut aussi être en adéquation avec son temps. Les data devenant la matière la plus précieuse de l’entreprise, il convient d’orienter les réflexions autour d’elles : que ce soit en matière de stress, de sécurité ou encore de responsabilité. Cette mutation des compétences induit des enjeux de formation gigantesques et passionnants.
Les syndicats et le patronat sont-ils armés pour cette mutation ?
Ils sont confrontés à un vrai problème. Le numérique, c’est aussi la vitesse. Le paritarisme et le dialogue social nécessitent de la lenteur et de la maturation. Talleyrand disait à son cocher : Doucement, je suis pressé. Comme lui, il faut savoir combiner prudence et réactivité !

L’une des conséquences du numérique est la montée en puissance des indépendants. La fin du CDI est-elle écrite ?
Nous allons vers la massification du sur-mesure. Le modèle du futur sera la multiplicité des modèles. Celui que nous connaissons va subsister dans certains secteurs. Il y aura aussi des modèles où l’entreprise sera un groupe d’indépendants, d’autres où elle sera l’écosystème lui-même, c’est-à-dire une myriade de TPE et PME travaillant à un projet commun. C’est tout cela que le prochain droit du travail doit intégrer. L’idée défendue par notre prix Nobel d’économie, Jean Tirole, d’un contrat de travail unique me laisse perplexe : comment concevoir un contrat unique face à la multiplication des situations existantes ?

Cette multiplication des modèles implique-t-elle de négocier au cas par cas ? Autrement dit, le bon droit sera-t-il divers, forcément divers ?
À l’évidence, c’est dans l’entreprise que l’accord peut se trouver. Les élections professionnelles dans les entreprises obtiennent des taux de participation rarement inférieurs à 50 %, loin de l’idée rabâchée d’une faible représentativité des partenaires sociaux.
Aux États-Unis, des chauffeurs d’Uber, qui sont des travailleurs indépendants, ont porté plainte, estimant qu’ils sont des quasi-salariés. Où tracer la frontière ?
Il faut concevoir la négociation au niveau de l’entreprise, mais il faut changer l’ensemble du cadre pour qu’il soit à même de mieux définir toutes les nouvelles situations en train de naître. Réduire la taille du code du travail, comme je l’entends parfois, n’est pas un programme satisfaisant pour appréhender le futur. Le code du travail est comme le jeu du Mikado. Quand vous tirez une baguette, les autres risquent de venir avec. Aujourd’hui, deux options non exclusives se présentent à nous. Soit on essaie tout doucement de tirer chaque baguette du Mikado pour libérer le système. C’est ce qu’on a fait en inventant la rupture conventionnelle. Soit on regarde la réalité du monde actuel, ses grands enjeux, dont le numérique, comme une page blanche. Je propose que l’on donne du temps aux organisations syndicales et patronales pour délibérer sur ce sujet. Qu’elles prennent un an s’il le faut pour répondre à cette question : en quels termes poserait-on les conditions de la flexisécurité pour les entreprises en voie de digitalisation si le droit actuel n’existait pas ?
Pensez-vous les esprits assez mûrs ?

Cela pourrait être une initiative du président de la République ou l’un des débats de la prochaine élection présidentielle. Le numérique est disruptif. Alors, soyons-le jusqu’au bout. Ces révolutions sont tellement majeures que l’on ne peut pas se contenter de mettre en œuvre les réformes que l’on a pensées depuis trente ans et qui sont restées dans les tiroirs. Il faut opérer un véritable saut créatif.
Revenons aux entreprises. Le numérique va-t-il pousser vers la sortie les dirigeants les plus âgés ?
Je ne serais pas aussi radicale. La jeunesse est un état d’esprit. En matière de culture numérique, les chefs d’entreprise sont stimulés par la nouvelle génération, mais aussi par les ingénieurs, les informaticiens, les clients. Nous avons néanmoins un défi collectif à accomplir, pour les salariés, pour le middle management. C’est pourquoi je soulignais l’importance cruciale de la formation.

Partagez-vous le point de vue d’Axelle Lemaire, la secrétaire d’État chargée du numérique, qui regrettait récemment le manque de culture des dirigeants ?
La transformation numérique a une dimension enthousiasmante et porteuse d’espérance. Elle accélère des changements de modes de management, de générations et de personnes : en économie comme en politique !
Microsoft a levé le voile sur la Surface 3 ce mardi 31 mars. Plus fine et légère, cette nouvelle mouture de sa tablette hybride utilise surtout une version complète de Windows 8.1, ce qui la rend considérablement plus attractive que la version précédente, sous Windows RT. Disponible le 7 mai, Microsoft la destine avant tout aux étudiants et à la mobilité en entreprise.

PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique – www.fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com
Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique – www.fr-batterie-portable.com , Achat immédiat 20% de réduction!

Achat Asus batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/asus.html
Batterie neuve pour Asus ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Dell batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/dell.html
Batterie neuve pour Dell ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Batterie Lenovo ThinkPad T520i

L’édition 2015 de la conférence Techcrunch Disrupt à San Francisco a misé gros sur la réalité virtuelle, une industrie en plein essor notamment depuis l’acquisition d’Oculus Rift par Facebook pour 2 milliards de dollars. Outre un panel d’experts dédié au sujet, la conférence présentait un pavillon réalité virtuelle abritant nombre start-up en quête d’innovation.
Quel avenir pour la réalité virtuel hors du jeu vidéo ? Claude Zellweger, vice-président du design industriel chez HTC, le Dr Richard Marks, directeur de la recherche chez Sony, et Paul Raphaël de Félix Paul Studios, en ont largement débattu lors de la conférence Techcrunch Disrupt à San Francisco. Selon ces experts, le gaming n’est qu’un exemple d’application de cette technologie, qui devrait encourager la création de nouveaux contenus dans les prochaines années.

Dans le domaine de la médecine, par exemple, les docteurs pourront rentrer dans une maladie au lieu de simplement regarder des images, s’est enthousiasmé Claude Zellweger de HTC. Le secret du succès de ces nouveaux usages repose sur trois choses selon lui : [Ces expériences] doivent être belles, nous faire nous sentir bien, et être engageantes. S’il manque un de ces trois aspects, c’est un échec.
Il n’y a pas que les outils qui comptent, mais aussi ce que l’on en fera. En tant qu’artiste, la réalité virtuelle a été hallucinante. Et les gens vont passer de plus en plus de temps sur la réalité virtuelle en dehors du gaming, dans ce qui sera l’équivalent du cinéma ou la télévision, prévoit Paul Raphaël.

C’est notamment ici que l’intelligence artificielle prend son intérêt. Car l’un des objectifs centraux que poursuivent les travaux en la matière concerne, précisément, la capacité d’auto apprentissage (on parle également d’apprentissage non supervisé) et de s’adapter à des situations et des besoins individuels. Aujourd’hui, cette capacité de collecter une variété et des volumes infinis de données – les Big Data –, de les exploiter grâce à des algorithmes de plus en plus sophistiqués – le deep learning – et d’interagir avec l’application grâce à la reconnaissance vocale permet d’entrevoir de très nombreux bénéfices dans le domaine professionnel.

En premier lieu, la personnalisation étant l’une des clés de la qualité de l’expérience utilisateur, un ERP se transformant en véritable assistant métier personnel favorisera son adoption, et donc son efficacité. La reconnaissance vocale participera également à cette appropriation, car elle va dans le sens de la personnalisation de l’outil.
L’un des autres grands avantages de la reconnaissance vocale est d’ordre pratique : combien d’opérations et d’actions sur le terrain accaparent les deux mains, sans compter celles qui nécessitent de porter des gants (protection contre les températures extrêmes, manipulation de produits dangereux, …) ? Ici, l’avantage à utiliser son ERP grâce à une interface vocale est évident.
Les bénéfices en termes de productivité sont également très importants. Pour un très grand nombre d’utilisateurs, la possibilité de pouvoir utiliser son ERP dans des situations habituellement non productives (temps d’attente dans les transports, …) peut permettre d’améliorer significativement leur productivité. L’accès aux applications métier via de nouvelles interfaces – interface vocale, mais également via un smartphone ou une montre connectée par exemple – vont complètement dans ce sens.

Apple a tenu ce mercredi 9 septembre à 19 heures (heure française) sa conférence annuelle de présentation de ses nouveaux produits. Au menu : les iPhone 6S et 6S Plus, dotés d’une capacité 3D Touch et désormais disponibles par abonnement, l’iPad Pro, une tablette de 12,9 pouces compatible avec un stylet et un clavier amovible, comme les Surface de Microsoft, et le renouveau de l’Apple TV, équipée de Siri et d’une télécommande avec pavé tactile.
21h03. Tim Cook est de retour sur scène pour récapituler les annonces. Il remercie ses équipes, leur demande de se lever et les applaudit. Pour finir, le groupe de musique One Republic joue trois morceaux sur scène. Ils indiquent avoir été prévenus qu’ils joueraient seulement 10 minutes à l’avance. 20h59. Il y aura aussi un nouveau service d’abonnement courant sur 24 mois pour changer d’iPhone chaque année. L’utilisateur pourra choisir son opérateur et la garantie AppleCare+ sera intégrée. Les prix débutent à 32 dollars par mois.

20h57. La connexion 4G est deux fois plus rapide, et possède 24 bandes. Le Wifi est aussi deux fois plus rapide. Apple a également mis au point une application pour aider les utilisateurs d’Android à effectuer le transfert vers iOS. Les nouveaux iPhone coûteront la même chose que les précédents : de 199 à 499 dollars suivant la configuration, avec un contrat de deux ans chez un opérateur mobile. Les précommandes commenceront le 12 septembre, et la sortie se fera le 25 septembre (y compris en France). Le nouveau système d’exploitation, iOS 9, sera disponible le 16 septembre.

20h54. Avec 3D Touch, il est possible d’appuyer sur une photo pour qu’elle s’anime brièvement. Une fonctionnalité appelée Live Photos, similaire à celle introduite par Nokia (Living Images) sur sa gamme Lumia en 2014. Ces photos restent des photos avec la qualité que l’on en attend, mais nous avons étendu la capture pour les rendre dynamiques. Elles peuvent être visualisées sur tous vos appareils, même l’Apple Watch, et nous avons développés de nouvelles API pour que les développeurs en tirent partie. 20h50. La caméra gère maintenant la vidéo en résolution 4K. La caméra Face Time a pour sa part une résolution de 5 mégapixels, et pour bénéficier du flash en prenant des selfies, l’écran lui-même peut brièvement briller jusqu’à 3 fois sa capacité naturelle pour simuler un flash classique.

20h44. Le processeur de détection de mouvement M9 est désormais intégré dans le SoC A9, ce lui permet d’être actif en permanence. Siri peut désormais aussi écouter en permanence ce que dit l’utilisateur, comme Cortana ou Google Now sur les systèmes concurrents. Touch ID est de plus 2 fois plus rapide qu’auparavant. Le nouvel appareil photo iSight a une résolution de 12 mégapixels, et des couleurs à la précision inégalée.
Différentes photos non retouchées sont présentées sur scène pour démontrer la qualité de l’appareil.
20h42. Andy Wafer, CEO de Pixel Toys, est sur scène pour présenter un nouveau jeu sur l’iPhone 6S, Warhammer Free Blade.

20h41. Le nouvel iPhone est équipé de la nouvelle puce A9 64 bits, qui bénéficie d’une nouvelle microarchitecture. Elle est 70% plus rapide que le System-on-Chip précédent, le A8. Elle est même jusqu’à 90% plus rapide pour les applications graphiques, ce qui pour Apple la place au niveau d’une console.
20h35. Présentation des applications du 3D Touch. Il est possible d’obtenir une prévisualisation d’un email juste en appuyant dessus dans la liste. Si l’utilisateur relâche, la prévisualisation disparaît. S’il veut répondre, il appuie plus fort et va dans le message. Même chose pour les liens hypertextes, qui peuvent être prévisualisés depuis un SMS sans avoir à ouvrir Safari. Maps, l’appareil photo… la plupart des applications d’Apple sont compatibles. Il est également possible de passer d’un écran à l’autre juste en appuyant sur le coin de l’écran et en le déplaçant sur le côté, comme pour tourner les pages d’un livre.

20h28. Un nouvel aluminium (7000 Series) est utilisé (pour éviter les problèmes de torsions), et une nouvelle couleur est disponible en plus des trois autres : Rose Gold. Jony Ives présente en vidéo la prochaine évolution après le multi-touch, 3D Touch. L’écran détecte la pression pour donner un autre niveau de contrôle à l’utilisateur, une technologie équivalente à celle de l’Apple Watch (baptisée Force Touch). Le retour de force par vibrations du Taptip Engine est aussi plus précis que jamais.20h25. Tim Cook est de retour pour parler de l’iPhone. L’iPhone 6 est le smartphone le plus aimé au monde. Une vidéo présente les iPhone 6S et 6S Plus. Ils ont peut être l’air similaires aux précédentes versions, mais tout a changé dans ces nouveaux iPhone. Ce sont les smartphones les plus avancés au monde.

20h23. L’Apple TV aura une puce A8 64 bits, une connexion bluetooth 4.0, un port ethernet et un port HDMI. La télécommande disposera de plus d’un accéléromètre et d’un gyroscope, aura 3 mois d’autonomie et sera rechargeable par port Lightning. Elle sera vendue à 149 dollars (avec 32 Go de stockage) ou 199 dollars (64 Go de stockage). Elle sera disponible en octobre.
20h19. Chad Evans de la Major League Baseball (MLB.tv) est sur scène pour expliquer comment elle tirera partie de l’Apple TV. Les matchs seront disponibles en HD, y compris deux matchs en même temps, et les statistiques seront disponibles à la demande. Le hockey (NHL) sera aussi de la partie plus tard dans l’année.
Achat Toshiba batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com

Batterie Fujitsu 0644340

L’utilisation de l’ERP via une interface vocale peut aussi avoir des avantages en termes de sécurité, car la reconnaissance vocale peut jouer le rôle d’identifiant unique et inviolable. Seuls le bon utilisateur pourra accéder à l’ERP pour des tâches qui lui sont assignées. La reconnaissance vocale et, plus largement, la reconnaissance des commandes via différents capteurs (reconnaissance faciale, oculaire, etc.) ouvrent d’innombrables possibilités en matière de sécurité. Très récemment, Intel l’a illustré à l’occasion de sa conférence Intel Developer Forum (IDF), en dévoilant sa vision de l’informatique de demain, et différents projets basés sur l’internet des objets, dont la technologie de reconnaissance vocale Wake-on-Voice, notamment.
Enfin, il n’y a pas que des avantages métiers à des ERP devenus assistants personnels contrôlables par la voix ou d’autres interfaces de nouvelle génération, comme les objets connectés. Ne négligeons pas les avantages d’ordre sociaux, et notamment le fait que l’utilisation de tels outils peut désormais être ouverte à des personnes handicapées, dont l’intégration n’en sera que facilitée dans l’entreprise.

Il y a 50 ans, des œuvres de science-fiction telles que le film 2001, l’Odyssée de l’Espace imaginaient un monde où les hommes interagissent avec les ordinateurs par la voix, le plus naturellement possible. Ce qui semblait alors pure fiction est devenu aujourd’hui réalité, ou presque. Bien sûr, des progrès doivent encore être faits. Mais la technologie évolue vite, très vite, et il ne fait guère de doute que nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère, où commander des applications d’entreprise par la voix va devenir une norme. ADMI, la société de service numérique de Gonfreville l’Orcher près du Havre (Seine-Maritime) a réussi à lever 1,4 million d’euros pour développer sa solution Bureo sur l’ensemble du territoire national.
Ce produit, créé en octobre 2013, permet une externalisation complète du système informatique comprenant l’ordinateur, les logiciels, la messagerie, l’antivirus, la gestion de la sauvegarde et la maintenance. Nous proposons aux petites entreprises et associations de gérer toute leur informatique pour un abonnement mensuel (ndlr 49,90 euros), explique Ludovic Salenne, le responsable marketing d’ADMI.

HÉBERGÉ CHEZ INTERXION ET AXIONE
Cette levée de fonds va permettre à ADMI (27 salariés) de recruter 10 nouveaux techniciens au cours des trois prochaines années. Elle lui permet aussi de renforcer ses infrastructures serveurs, en particulier en Île de France, sa première cible. Elle vient d’implanter une nouvelle baie de serveurs dans le data center Interxion de Nanterre (Hauts-de-Seine).
L’ESN possède déjà un data center à Gonfreville l’Orcher et loue des espaces dans le data center d’Axione (groupe Bouygues) à moins de 2 kilomètres. Le choix d’Interxion, data center agréé ASIP santé pour l’hébergement des données personnelles de santé, répond aussi à ses orientations stratégiques en termes de secteur. L’agrément ASIP Santé est capital pour nous car nous visons en premier lieu le secteur des associations du secteur de l’économie sociale et solidaire. Nous sommes nous-mêmes en cours d’agrément ASIP Santé » observe Ludovic Salenne.

ADMI a été créée en 1996 par Serge Hernando, le dirigeant fondateur et seul actionnaire. La PME revendique aujourd’hui 350 clients dont 33 pour Bureo. Elle ne souhaite pas communiquer son chiffre d’affaires.
Ce n’est pas la première fois que la mesure est évoquée. Comme les téléviseurs, la possession d’un accès à Internet pourrait entraîner le paiment de la redevance audiovisuelle. Conséquence logique de la multiplication des écrans ou mesure anachronique ?
On ne va pas réagir sur le projet de redevance sur les box Internet. Mais les élites politiques ont du mal avec les enjeux de l’économie numérique. élude le responsable d’un think tank numérique, contacté par l’Usine Digitale.
De fait, alors que la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, s’était dite favorable à cette mesure, sa successeuse à l’économie numérique, Axelle Lemaire s’est montré beaucoup moins enthousiaste.
Pour la première, il y aurait une logique à élargir aux possesseurs de box qui n’ont pas de téléviseur la contribution à l’audiovisuel public car beaucoup de la consommation de la télévision passe par les box. Interrogé par nos confrères de l’Opinion, Axelle Lemaire a reconnu de son côté n’être pas tellement favorable à cette proposition, qui toucherait surtout les jeunes. Le ministère de la Culture et de la Communication avait pourtant indiqué qu’une éventuelle réforme ne devrait toucher ni les ménages jeunes ni les foyers fragiles.

TÉLÉVISEURS ET PORTABLES POUR TOUS OU PRESQUE
Si l’on s’en tient aux données publiées par l’Insee, la part des ménages détenant un téléviseur est plutôt stable aux alentours de 97 %, tandis que la possession d’un ordinateur (77 % des ménages) ou d’une connexion à Internet (75 %) croissent régulièrement. Sans parler des téléphones portables (89 %). Qu’une partie des téléspectateurs utilisent leurs tablettes pour regarder en direct ou en rediffusion ne fait guère de doute. Il n’est cependant pas exclu que d’autres possesseurs de tablettes ont choisi délibérément de ne pas avoir de téléviseur, parce que les programmes ne les intéressent pas. Y compris sur les chaînes publiques, que Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions, considère comme notre bien commun à tous. Invitée de France Inter, elle a indiqué qu’en l’état, les recettes du groupe ne permettaient pas de financer l’ensemble des obligations contenues dans le cahier des charges.

LA REDEVANCE, UN SYSTÈME OBSOLÈTE ?
Le système de la redevance, inventée à une époque où l’offre de divertissements et d’informations audiovisuelles était rare, semble difficile à justifier aujourd’hui. Avec un abonnement à Netflix ou au site Mubi, il est possible d’accéder à des films ou des séries. Une information de qualité et contradictoire peut être trouvée sur bien des sites Internet, gratuits ou payants. Sans oublier les financements participatifs de documentaires, ou d’oeuvres culturelles. C’est dire qu’il est d’autres moyens que le service public pour financer collectivement des contenus. Gilles Babinet ne s’y trompe dans la tribune qu’il a consacrée au sujet sur le site des Echos. Derrière la mesure discutée, il y voit un symbole de la décrépitude du système fiscal français, si complexe qu’il rompt le principe d’équité des citoyens face à l’impôt, que l’on maintient pourtant en vie parce qu’il a le mérite d’exister. Il propose plutôt une fiscalisation de la redevance après qu’un débat aura décidé de la nécessité ou non de maintenir un secteur audiovisuel public.

En attendant, la décision ultime devrait revenir au président de la République, qui devrait se prononcer sur le choix ultime lors de sa sixième conférence de presse, lundi 6 septembre. Jusqu’ici, François Hollande s’est prononcé contre une intégration de la redevance dans les impôts. Tout nouveau jeu en ligne de la Française des jeux est testé préalablement à son lancement par la société marseillaise Stardust, qui en valide le bon fonctionnement sur n’importe quel support digital. L’entreprise songe à proposer ses services sur d’autres marchés et pays. Un blocage au moment de l’authentification, des bugs lors de la saisie d’informations (adresse, numéro de CB…), des requêtes qui n’aboutissent pas, des avantages fidélité qui ne se valident pas… Tout internaute a expérimenté de telles mésaventures lors de la consultation de sites web, d’achats d’applications ou de produits depuis son smartphone ou son PC.

Implantée à Marseille et spécialisée dans l’assurance qualité des produits digitaux, Stardust dispose de 2 000 ordinateurs, téléphones et tablettes pour tester le bon fonctionnement de tout site ou application e-commerce avant sa mise en ligne et réduire ainsi les risques d’anomalies ou d’atténuation des performances au moment de l’utilisation. En 2014, la start-up née en 2011 dit avoir été associée à plus de 300 projets pour des groupes très divers : Accord, Axa, Citroën, Sanofi, L’Equipe, TF1, Viadeo, E.Leclerc, Logitech… Déterminée à accroître son positionnement dans les jeux en ligne (l’objectif est de multiplier par quatre les ventes d’ici à 2020 pour atteindre 20% du chiffre d’affaires total), la Française des jeux a fait de Stardust son testeur officiel, en appui de ses propres équipes. L’accélération de sa mutation digitale a conduit le groupe à conforter une collaboration jusqu’alors plus ponctuelle. Nous sommes désormais associés aux projets de production de jeux digitaux dès leur conception de façon systématique en vue de la réalisation des tests multi-terminaux, confie François-Joseph Viallon, fondateur et dirigeant de Stardust. Pour nous, les jeux de paris et d’argent représentent un secteur stratégique dont nous tirerons bientôt 20% de notre activité.

L’accord ne concerne que les jeux développés pour la France. La PME de 43 personnes y voit une reconnaissance pour d’autres déploiements, intervenant déjà pour Loto Québec, depuis son site de Montréal ou encore pour la Loterie Romande en Suisse. Nous avons commencé à internationaliser notre équipe pour prospecter en Europe et nous prévoyons une implantation en Suisse en 2016, annonce-t-il.
Sa croissance à deux chiffres devrait l’amener cette année à atteindre les 2 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’ensemble de ses cibles : banque/assurance, luxe, médias, e-commerce, jeux, industrie pharmaceutique… Parallèlement, l’entreprise recrute. Une vingtaine de postes devrait être créée d’ici à la fin de l’année prochaine. Achat Toshiba batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com

Batterie Dell 451-10298

On voit que Facebook joue un rôle de plus en plus important pour la consultation des médias. Pourrait-on imaginer la même chose pour le livre ?
Mark Zuckerberg a eu l’idée de se mettre à lire cette année et a publié la liste des 10 livres qu’il allait lire. Ce sont devenus 10 best sellers. Et chaque fois qu’il cite un nouveau livre, les ventes frémissent. Désormais on peut tagger des livres.
Bientôt on peut imaginer que comme pour la presse, l’oeuvre soit publié directement sur Facebook. Comme la presse, l’édition n’est pas prête pour cette évolution.
Etre un des pionniers de la liseuse électronique ne suffit pas face aux géants numériques nord américains. Pour résister, Bookeen a développé une stratégie en direction des distributeurs en marque blanche et devrait prochainement se diversifier sur le marché professionnel. A l’heure du village global, le petit français doit être astucieux face aux mastodontes dominants depuis l’autre côté de l’Atlantique.
Comment réussir à imposer une marque de liseuse française quand règne sur le marché le géant Amazon et son Kindle ? C’est le problème auquel a été confronté Bookeen qui, comme son nom ne l’indique pas, est un produit conçu en France. Il est développé par la société du même nom, fondée par Michaël Dahan en 2003, sur les restes de Cytale, un projet pionnier porté sur les fonts baptismaux par les médiatiques Jacques Attali et Erik Orsenna, mais qui ne résista pas à la tempête financière du début du troisième millénaire.

Pour réussir à exister sur le marché des liseuses, le français a fait des choix radicaux. A commencer par faire comme Apple, qui conçoit en Californie et assemble en Chine. Les liseuses sont conçues par des ingénieurs parisiens mais fabriquées en Chine, dans la région de Shenzhen. Pour faire exister sa marque face au géant américain, il aurait fallu investir des dizaines de milliers d’euros avec un résultat aléatoire. Or avoir pour projet de concurrencer un géant mondial rend très difficile de lever des fonds, explique Michaël Dahan. Après avoir levé 1,5 million d’euros auprès de Turenne Capital en 2009, Bookeen a donc fait le choix de se développer en travaillant avec des partenaires qui commercialisent les liseuses en marque blanche. Un des premiers distributeurs à avoir joué le jeu était Virgin, alors que la Fnac faisait le choix des liseuses du canadien Kobo. Manque de chance pour Bookeen, on sait ce qu’il advint de Virgin dont les magasins ont fermé.

Aujourd’hui, la société assure réaliser 70 % de son chiffre d’affaires à l’export. En France, elle revendique des clients comme Carrefour ou Relay. Notre métier est de faire du B to B to C synthétise MichaëL Dahan (des liseuses sont vendues sous la marque Bookeen sur le site Pixmania toutefois). Le partenariat entre le fabricant et l’enseigne ne s’arrête pas à la fourniture d’appareils, puisque la société a développé parallèlement un site en ligne où il est possible d’acheter les différents ouvrages proposés au format numérique. Si des économies d’échelle sont réalisées sur le design du site Internet, les contenus peuvent être personnalisés par le distributeur s’il le souhaite.

Pour rester dans la course, Bookeen doit en permanence s’adapter aux exigences des clients et à leurs usages. Ainsi aujourd’hui, le compte d’un client est synchronisé sur le cloud, ce qui signifie qu’il est possible d’acheter un fichier depuis un ordinateur et le télécharger sur sa liseuse. De cette façon, l’entreprise a réussi à diversifier ses revenus avec trois sources principales : la marge sur la vente du terminal, les développements informatiques éventuellement facturés aux libraires et le partage de revenus sur les ventes de fichiers électroniques. Notre équation économique nécessite les trois types de revenus , assure le PDG. Selon lui, le chiffre d’affaires est compris entre 12 et 15 millions d’euros.

Pour se développer, l’entreprise compte sur la signature de nouveaux contrats de fourniture en marque blanche, en France et à l’étranger et s’intéresse de près au marché professionnel, la liseuse pouvant être un outil idéal pour la documentation technique nécessaire aux tâches des salariés nomades.
Cette nouvelle diversification s’avère indispensable face aux difficultés rencontrées sur le marché français qui peine à décoller. Aux Etats-Unis, le marché des liseuses a représenté entre 10 à 15 % du marché du livre selon les estimations, tandis qu’en France on frôle difficilement les 5 %, regrette Michaël Dahan. Le contexte réglementaire (prix unique du livre fixé par l’éditeur, taux de TVA…) et les variables culturelles expliquent ce décalage. Surtout, comme l’explique Bruno Schmutz, directeur général adjoint d’Ipsos Connect : le cœur de cible pour les liseuses ce sont les très gros lecteurs, qui peuvent de cette façon avoir cinq ou six livres sur eux.

Une étude récente réalisée par BVA Opinion pour la presse régionale révèle que seulement 5 % des Français possèdent une liseuse et l’utilisent. 7 % en possèdent une mais ne s’en servent pas et si 12 % aimeraient en avoir une, 75 % déclarent tout de go ne pas le vouloir. Voilà qui réduit l’espace de conquête, surtout avec un concurrent aussi offensif qu’Amazon.
L’équipe de l’Exchange online protection team (EOP), le service dédié à l’analyse et à la riposte aux courriels non désirés, a récemment révélé dans un post de blog que chaque minute les solutions de blocage de l’éditeur d’Outlook interviennent 10 millions de fois, en moyenne.

L’univers du spam est impitoyable et en transformation constante et peuvent exposer à des dangers. Émetteurs inconnus, campagnes soit disant promotionnelles ou humanitaires (aussi connues comme bulk mails ou graymails), pour diffuser leurs courriels non désirés, leurs émetteurs redoublent d’ingéniosité.
Le plus grave, c’est que ces messages peuvent être accompagnés de programmes malveillants voire de virus qui, une fois activés par un clic ou une réponse, se mettront à l’œuvre, déroberont des informations sur l’ordinateur ou le mobile ou s’introduiront sur le système d’information de l’entreprise.

Pour veiller sur la sécurité de ses client, Microsoft, l’éditeur d’Outlook et Hotmail, dispose d’un service spécialisé, l’Exchange online protection team (EOP). Par un post de blog intitulé Evolving Exchange Online Protection (EOP) to protect against tomorrow’s threats (Nous faisons évoluer l’Exchange Online Protection (EOP) pour créer les protections contre les menaces de demain), trois de ses membres – Shobhit Sahay, Levon Esibov et Terry Zink -, ont annoncé que chaque minutes, 10 millions de spams, en moyenne, sont bloqués. Pas moins. Dès qu’elle en a connaissance, l’EOP analyse les messages considérés comme dangereux et met en place une riposte. Pendant ce temps, les spammers peuvent malheureusement continuer d’inonder les boîtes mails. Leurs attaques pouvant concernés des milliers, des centaines de milliers voire des millions de destinataires.
Les messages peuvent être bloqués en fonction de l’IP de l’ordinateur de départ, de l’e-reputation de l’émetteur et par de nombreuses autres techniques (contenu du courriel, en-tête, URL citées, pièces jointes…). Mais les clients de Microsoft peuvent être rassurés : l’EOP est en veille permanente.Achat Lenovo batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com

C’est un fait acquis. L’envolée du marché des tablettes et la décroissance de celui du PC amènent les pythies du numérique à nous annoncer la mort du bon vieil ordinateur personnel. Si l’on en croit les projections du cabinet d’études, IDC, à l’horizon 2015, 332,4 millions d’iPad et autre tab seront vendus chaque année, quand il s’écoulera péniblement 322,7 millions d’ordinateurs… La conclusion s’impose d’elle-même : les tablettes électroniques sont bien en train de tuer le PC.
Sur le papier, le lien de cause à effet semble évident. Mais la réalité est, en fait, un peu différente. L’avènement de l’ère post-PC n’est pas le fait des tablettes mais de l’évolution des logiciels informatiques. Grâce à Internet, de nombreux software, autrefois commercialisés sous licence dans des suites complètes et souvent coûteuses, deviennent « easy to use » grâce au développement de plate-forme de cloud computing. Le choix qui est proposé aux utilisateurs est finalement assez simple : veulent-ils acheter une gamme complète de logiciels suréquipés (comme la suite bureautique Office de Microsoft) ou avoir l’opportunité de s’en servir quand le besoin s’en fait sentir (l’esprit de la nouvelle offre 360 de Microsoft). Dans 99% des cas, le pack Office est surdimensionné pour les salariés.

C’est cette évolution -des logiciels lourds et coûteux vers des software délivrés comme un service- qui est en train de tuer le PC. En ayant accès via le réseau à une foule de logiciels, la course à la puissance de nos bons vieux ordinateurs semble un peu désuète. Le sujet, désormais, ce n’est plus la puissance de calcul mais la capacité à gérer les flux, la bande passante. C’est cette évolution qui rend les tablettes si désirables et qui en fait nos nouveaux ordinateurs personnels.
ENQUÊTE DOSSIER Les acteurs de la distribution s’en rendent compte les uns après les autres : mettre des tablettes dans les mains de leurs vendeurs et fixer quelques écrans au plafond des boutiques ne suffira pas pour réussir leur transformation numérique. Pour offrir aux acheteurs une expérience fluide entre leurs enseignes in real life, leur(s) site(s) Internet, et leurs applis, les retailers doivent faire un gros travail de mise à plat de leurs données. L’objectif ? Connaître les clients et prospects de plus en plus finement pour leur proposer des produits ciblés, adaptés… En bref : les produits qu’ils auront envie d’acheter.

Batterie DELL 8P6X6

ENTRETIEN Formatrice pour l’Asfored et pdg de chroniqu.es , une société de conseil et de développement en stratégie digitale pour le secteur culturel, Abeline Majorel () manie le paradoxe comme d’autres la langue de bois. Très tôt numérisée, l’édition de livres peine pourtant à en tirer les conclusions et à s’adapter. A son détriment selon elle, car si elle s’adaptait l’édition pourrait proposer ses contenus à un public plus large. Car la lecture est en train de changer de nature.
Que vous inspire le débat qui vient de s’ouvrir suite à la publication de La gratuité c’est le vol, du médiatique avocat Richard Malka ? Y’a t-il vraiment péril en la demeure alors que chacun sait que très peu de gens vivent de leurs plumes. Sont-ce les auteurs ou les grands groupes d’édition qui sont en danger ?

Ce n’est pas une suppression que prône le rapport Reda mais une refonte, dans une logique de logiciel libre, qui d’ailleurs a été adoptée par l’Etat français dans tous les autres domaines. Richard Malka exagère donc cette position, sans parler de l’interrogation qui peut se poser sur la représentativité du SNE qui est à l’origine d’une opération intitulée #auteursendanger.
Ceci dit, il n’a pas tort sur point : il y a peu de solution économique viable de remplacement à l’édition actuelle. J’entends bien que le numérique est une profonde remise en cause des business models mais le secteur marchand du livre doit apprendre à construire son existence avec la gratuité et pas contre elle, comme la presse, le film, la musique… Je milite pour une formation massive des auteurs au numérique, pour qu’ils puissent non seulement comprendre les enjeux et se faire leur propre opinion mais aussi pour qu’ils maîtrisent les outils et créent de nouvelles formes pour de nouveaux publics. Parce qu’un des problèmes est là : qui seront les nouveaux publics et quelles seront leurs pratiques ?

Pourquoi donc l’édition semble si en retard en matière de numérisation ?
C’est une fausse impression. L’édition a été une pionnière du numérique. Depuis longtemps, le livre est d’abord un fichier numérique. Un roman s’écrit sur ordinateur, il se travaille de même. Et les éditeurs et les imprimeurs échangent des fichiers.
Aujourd’hui, le catalogue numérique est très important. Toutes les sorties se font simultanément sur du papier et en numérique. En revanche, là où il y a un retard français c’est sur l’achat de produits numériques purs, soit l’achat d’un fichier numérique lu sur un outil ad hoc. Aux Etats-Unis, 35 % des personnes lisent en numérique. En France, l’édition numérique représente à peine 10 % du chiffre d’affaires de l’édition.

Plus essentiellement, le développement du numérique intensifie la concurrence autour des contenus et fragilise l’industrie de l’édition. L’offre de contenus de divertissement s’est développée. Et la lecture qui est une activité solitaire difficile à partager et immersive, n’est pas très bien adaptée aux nouveaux usages sociaux. Une statistique le montre très bien : jusqu’à dix ans, les enfants lisent plutôt beaucoup, ils sont dans la phase d’apprentissage, la lecture est sociale. Dès qu’ils deviennent adolescents, la lecture devient plus solidaire et on voit le jeu vidéo occuper de plus en plus de temps.
Pourtant, on a l’impression que l’édition a été très conservatrice. L’arrivée des technologies digitales n’a pas été l’occasion de repenser l’objet livre. On s’est contenté de dupliquer le livre papier sur un écran. Où sont la R et D, la créativité ?
L’industrie du livre, car il y a une industrie du livre, se vit comme une chaîne, comme une filière, avec certains groupes très intégrés verticalement, combinant production et distribution. Le résultat est que leur client n’est pas le lecteur mais le libraire qu’il possède une échoppe dans le centre ville ou qu’il travaille dans un hypermarché qui est le premier lieu de vente de livre.

Le livre numérique risquait d’avoir un très gros impact sur l’économie, et notamment sur celle du livre de poche et de la réédition, qui joue un rôle important dans l’équilibre financier du secteur. Sans parler du piratage qui est craint pour son effet cannibalisateur des ventes. Plus généralement, pour les géants de l’édition, le numérique a été une innovation qui remettait en cause cette chaîne qui jusque là assurait un équilibre économique, et notamment l’activité de distribution, de grossiste, où il y a des investissements logistiques très importants.
La création et la diffusion numérique demandait de très gros investissements et l’édition craint de perdre plus sur sa chaîne ancienne qu’elle ne gagnerait potentiellement de cette nouvelle façon. En outre, elle risquait de se brouiller avec les libraires.
Pour revenir à votre question, créer un beau livre numérique innovant, comme Retour à Béziers cela coûte très très cher, de l’ordre de 25 000 euros. Et comme c’est du multimédia, les aides du centre national du livre vous sont fermées ! Ajoutez que les liseuses ne sont pas toutes faites pour des images en couleur ou pour du film…

Y’a-t-il en des jeunes pousses qui ont inventé des modes de lecture innovants ?
Il y a des tentatives intéressantes, comme Storylab qui envoie un texte court chaque jour ou l’appli des éditions Points du Seuil qui propose des textes dont la longueur est adaptée au temps de transport. Mais pour l’instant, il n’y a pas d’adoption massive de ces nouveaux formats de lecture. Or l’économie numérique requiert une adoption massive pour amortir les coûts. Le résultat c’est que les start-ups échouent ou pivotent pour résister. Il y a une exception : c’est le multimédia pour les livres pour enfants. C’est un secteur très actif, très animé qu’il faut observer de près, car il s’y invente des choses, ainsi que dans le monde du webdocumentaire, qui est sûrement le plus créatif de tous.

L’avenir de l’édition numérique peut-il être de lire les mêmes romans sur une tablette ? Ou aura-t-on tôt ou tard de nouveaux formats ?
Le numérique va changer la manière de lire. C’est la lecture numérique le véritable enjeu. Il est très probable qu’on abandonnera la lecture itérative et immersive d’un roman, du début à la fin, d’autant que c’est une invention récente, qui date du 19e siècle. Don quichotte, que beaucoup considèrent comme le premier roman de l’histoire, se lisait en piochant un chapitre par ci par là. Il avait été écrit pour cet usage. De même, dans les Essais Montaigne dit qu’il lisait à sauts et à gambades . Ces formes de lecture fragmentaire vont se développer, d’autant que Facebook, par exemple, propose des articles et qui sait demain des fictions courtes. L’avenir est aux formats ouverts.

Quel rôle peuvent jouer les plateformes d’auto-édition, comme, par exemple, celle d’Amazon ?
Il y a deux cas intéressants 50 shades of grey et After. Le premier a été publié sur Amazon mais l’auteure est la femme d’un producteur, pas vraiment l’innocente totalement ignorante des lois de la production culturelle. Elle a très bien su faire buzzer sur les réseaux sociaux pour faire de la sortie de son livre un événement annoncé.

After c’est une autre histoire. Anne Todd, l’auteure, a publié sur Wattpad, une plateforme d’édition, d’écriture et de lecture. Elle écrivait son histoire quasiment en temps réel. Peu à peu, des lecteurs se sont agglomérés, et on est arrivé à des chiffres vraiment impressionnants de lecteurs, comme, par exemple, un milliard d’impressions. Mais ce qu’on ne dit pas, c’est qu’il s’agit de l’impression d’un chapitre court et démultiplié. L’éditeur français Hugo et cie a très bien su les utiliser pour faire parler du livre avant sa sortie. Résultat : 150 000 exemplaires en France, davantage qu’aux Etats-Unis.
Pour l’édition traditionnelle, cela montre une voie possible : utiliser ces plateformes pour repérer les nouveaux talents, les tendances.Achat Lenovo batterie ordinateur portable – fr-batterie-portable.com