TOSHIBA Satellite L510 laptop battery

It’s a pity you haven’t upgraded before now. It’s a big jump from 2001-vintage Windows XP to today’s Windows 8.1, and you would probably have had fewer problems adapting to Microsoft Windows 7. This is still the business standard — in fact, Windows 7 Pro is still a current Microsoft product — so I imagined there would be Windows 7 laptops floating around at discount prices. Apparently not. There are plenty of new models from business suppliers such as Dell and HP, but they are not cheaper than consumer-oriented Windows 8 laptops (though I’d expect them to be better made).You could buy a refurbished Windows 7 laptop from an established supplier such as Morgan Computers or tier1online.com (recommended in a comment by a reader), or possibly on eBay. Refurbished/Grade A1 laptops usually come with a 6-month guarantee. It would be best to stick to top-tier brands, such as Lenovo/IBM ThinkPad, Toshiba Portégé and HP EliteBook and ProBook laptops. These will do the job, and you will get a much better keyboard. But again, you won’t save much money, and you need to know a lot about laptops to spot the best deals. There’s a lot of old rubbish around as well.Under the circumstances, you will probably decide on a new Windows 8 laptop. If so, try to get Windows 8.1 pre-installed, as the latest version has been updated to make life easier for users who don’t have touch screens. In addition, install Stardock’s cheap Start8 utility.If you have the original discs or at least the Product Key, you can run your old copy of Microsoft Office 2003 under Windows 8. The drawback is that it’s no longer supported and therefore a security risk.

Alternatively, your husband may be using a copy of Office that allows two installations: one on a desktop and one on a laptop. In this case, the drawback is that it’s intended to make Office more useful to one user, not two: you shouldn’t use both at the same time.Any more recent version of Office Home and Student would be OK, which gives you a choice of 2007, 2010, and 2013. Microsoft supports products for at least 10 years, so 2013 should be good until 2023. Unfortunately, this is not available on DVD, but at least Microsoft lets you move the Keycard version to a new PC. For more info, see my answer from last year: Microsoft Office: which version should I buy?In theory, you could use the free online version of Microsoft Word in OneDrive, but it would struggle to handle a novel. You’d be much better off with a word processor running on your PC. If you can’t afford Microsoft Office 2013 Home and Student Edition (£89.99) now, you may be able to use a free alternative until you can. The obvious ones are AbiWord and LibreOffice Writer. Both still have user interfaces derived from antique versions of Microsoft Word, so you should find them more familiar than Office 2013.Try one to see how it handles copies of your novel files: how much does the layout change? Have you lost any features you need, such as track changes or draft/outline?

Can you easily zoom in to make text easier to read? These programs may not be worth the effort if you really need Office’s functions and compatibility with complex Word documents (multiple columns, custom headlines, embedded images and videos, footnotes etc), but they should be fine for ordinary texts. If you save files in RTF (Rich Text Format) rather than .doc/.docx then you shouldn’t have any major problems. (AbiWord’s .doc files are actually RTF files, not binary .doc files.)The publishing industry has standardised on Microsoft Word, but it’s very easy to load an .rtf document into Word and save it as .docx if your novel is accepted.Microsoft is moving from boxed software to a new business model of downloaded and streamed software, paid for on subscription and continuously updated via the cloud, ie Office 365. I don’t expect boxed copies — or free copies of Office on PCs — to be around for much longer, except for old stock.One of the striking features of the economic recovery in the UK and elsewhere is how sluggish capital spending has been – especially considering that businesses can borrow at rock-bottom interest rates.Why is that? Well, if you are reading this on your laptop, and you use that same laptop for work, you may guess where this is going.

Paul Donovan notes that even where capital spending has risen during the recovery, in the UK, for instance, it is still cyclically abnormal given the low cost of borrowing – in the years leading up to 2007 borrowing rates were much higher. Photograph: UBS, Haver
Paul Donovan, economist at the investment bank UBS in London, thinks he may have found an explanation in the changing way we work.The lacklustre growth in capital spending is peculiar, Donovan notes, because it has been accompanied by a significant increase in the number of businesses in many economies, including in the UK. So why haven’t we seen some start-up capital spending?“In 2000, 32% of UK businesses were employers. By 2014, 24% of UK businesses were employers. This raises the obvious question of what on Earth 76% of UK businesses were doing if they were not employing anyone – and the answer of course is that they were single person businesses where the owner was the sole person ‘on payroll’.

The sluggish capital spending story is peculiar because it has been accompanied by a significant rise in the number of businesses in many economies, including the UK, says Donovan. Photograph: UBS
This matters for capital spending, because people setting up as self-employed – for example, as a consultant – may well make little or no upfront investment in kit. Says Donovan:If you are a self-employed consultant, you probably already have a laptop, have a car, have an office at home. As the boundaries between home and work blur, we are making better use of the capital we have got.”
Self-employment now accounts for 15% of the workforce in the UK. Across Europe (using slightly different statistics) self-employment has risen in several key economies, although not Germany, says Donovan at UBS. Photograph: Eurostat via Haver, UBS

Alongside (and tied up with) changes to working practices are technological changes. Again, this influences capital spending, or “capex” – this time in terms of who is doing the spending. Says Donovan:Twenty years ago, capital spending on computer equipment meant a desktop computer at least. These were not portable devices. Business investment in technology meant investment that was clearly capital spending; purchased by the company and physically located in the company. Today that is not true. A laptop or a tablet device can easily provide the basic requirements for an employee.”He notes that consumer spending on technology has increased relative to business investment on technology in the US, the UK and many European economies. In other words, as spending on technology has waned in the corporate sector it has continued to grow in the consumer sector.Donovan (writing on a laptop that he paid for, not UBS) concludes that we may well be missing a secret capital spending story.It was an unusual burglary, in which four or five laptops were stolen from a Scottish renewable energy manufacturer in the dead of a March night in 2011. So innovative was the company that it had been been visited by a 60-strong delegation led by China’s then vice-premier only two months before.Nothing else was taken from the company and the crime, while irritating, went unsolved and forgotten – until a few years later pictures began emerging that showed a remarkably similar project manufactured in the world’s most populous country.Then some people who were involved in the Scottish company, Pelamis Wave Power, started making a connection between the break-in and the politician’s visit, which was rounded off with dinner and whisky tasting at Edinburgh Castle hosted by the then Scottish secretary, Michael Moore.Max Carcas, who was business development director at Pelamis until 2012, said the similarities between the Scottish and Chinese products were striking. Speaking publicly for the first time, he said: “Some of the details may be different but they are clearly testing a Pelamis concept.”

It might be that China’s engineers had been working along roughly the same lines as the UK engineers. Or it may be that China attempted to replicate the design based on pictures of the Pelamis project freely available on the web.Or there could be a darker explanation: that Pelamis was targeted by China, which has been repeatedly accused of pursuing an aggressive industrial espionage strategy. The answer matters, given security concerns raised by the government’s award of the Hinkley Point nuclear contract to China.“It was a tremendous feather in our cap to be the only place in the UK outside of London that the Chinese vice-premier visited,” Carcas said. “We did have a break-in about 10 weeks after, when a number of laptops were stolen. It was curious that whoever broke in went straight to our office on the second floor rather than the other company on the first floor or the ground floor.”Carcas, who is now managing director of the renewable energy consultancy Caelulum, added: “I could infer all sorts of things but I do not want to say.” The new wave-power machine, the Vagr Atferd, built by Leith-based Pelamis for energy firm E.ON, in a photograph first presented in 2010.

Ironically, Pelamis is now defunct but the Chinese product, Hailong (Dragon) 1, still appears to be under development.Scotland has been at the forefront of the development of wave technology for decades. Pelamis was one of the cutting-edge companies, originally named the Ocean Power Delivery company when founded in 1998 and renamed Pelamis Wave Power in 2007.The company, which employed a staff of 50, developed a giant energy wave machine, which it named Pelamis. It looked like a metal snake, facing directly into the waves, harnessing the power of the sea. It had a unique hinged joint system that helped regulate energy flow as waves ran down its length.Other revolutionary features included a sophisticated control system and a quick mechanism for releasing it into the sea and recovering it. In 2004, it became the first wave-energy machine to generate electricity into the grid.China expressed interest in December 2010 in an email to Pelamis: “It is decided that His Excellency, Mr Li Keqiang, vice-premier of the state council of China, and the delegation (60 people) headed by him will pay a visit to the Pelamis Sea Energy Converter between 16.40 and 17.00 on Sunday 9 January.” China’s Vice Premier Li Keqiang (C) is escorted on a tour of the Pelamis Wave Power factory on January 9, 2011 in Edinburgh, Scotland.

  1. http://dovendosi.blogpage.eu/
  2. http://dovendosi.cafeblog.hu/
  3. http://en.donkr.com/blog/dovendosi

Batterie pour ordinateur portable FUJITSU LifeBook C1410

Les quad-core Tegra 4i seront utilisées par les fabricants de terminaux 4G/LTE de types smartphones et tablettes qui pourraient arriver d’ici la fin de cette année. Nvidia n’a pas encore annoncé de clients, mais a simplement montré un prototype de smartphone 5 pouces, 1080p et 4G/LTE avec un Tegra 4i qui sera exhibé au prochain salon Mobile World Congress qui se tiendra à Barcelone la semaine prochaine.Nvidia ne destine pas sa puce Tegra 4i au segment des smartphones low cost à moins de 100 $ HT, a déclaré Philip Carmack. Cette puce quad-core possède des capacités de traitement rapides et les utilisateurs afficher des vidéos haute définition, elle vise la famille des smartphones de moins de 200 $ HT. Le segment des smartphones à bas coût connaît une croissance rapide, en particulier dans les régions en développement comme l’Asie-Pacifique, l’Amérique du Sud et l’Afrique, où les smartphones désimlockés avec des fonctions multimédia de base sont, dans certains cas, disponibles pour moins de 100 $ HT. Les tablettes 7 pouces sont également un secteur prometteur pour la Tegra 4i a poursuivi M.Carmack. Et pour aider les fabricants chinois à proposer des tablettes de ce type à moins de 250 $ HT, Nvidia a fourni une plate-forme de référence baptisée Kai. Et la 4i peut offrir aux consommateurs un véritable saut technologique avec la 4G/ LTE intégrée, a encore dit le dirigeant.

Mais Nvidia ne place pas tous ses oeufs dans le même panier. Le mois dernier, la firme a annoncé que sa puce Tegra 4 pour tablettes et smartphones haut de gamme, basée sur l’architecture ARM Cortex-A15 était le processeur mobile le plus rapide au monde. Le projet de console portable de Nvidia, baptisé Project Shield, repose sur cette puce et a également été annoncé le mois dernier. Elle est attendue au second semestre.Un des défis pour Nvidia pourrait être de trouver des acheteurs pour ses puces Tegra 4 et 4i, a expliqué M. McGregor dit. Le nombre d’acheteurs de puces tiers a rétréci comme peau de chagrin depuis que des firmes comme Apple, Samsung ou encore Huawei ont décidé de développer en interne les puces ARM utilisées dans leurs terminaux. Près de 60% des mobiles reposent sur des puces maison,a souligné l’analyste. Mais la Tegra 4i de Nvidia est particulièrement impressionnante et pourrait remettre en cause la suprématie de Qualcomm sur ce marché. “Ils sont devenus un compétiteur sérieux,” a conclu McGregor.

En rachetant AirWatch, VMware étaye un peu plus son offre de produits entre le datacenter et le terminal de l’utilisateur. « Nous grandissons dans un monde où tous les terminaux feront tourner des applications hébergées », a écrit hier dans un blog Sanjay Poonen, vice-président exécutif et directeur général de l’unité End-User Computing de VMware. Celui-ci a précisé que cette opération estimait à 1,54 milliard de dollars se décomposait « en 1,175 milliards de dollars de numéraire environ et 365 millions de dollars en paiements échelonnés et titres de participation ».VMware est sans doute mieux connue pour ses solutions de virtualisation, mais récemment, la société a beaucoup investi dans l’informatique dédiée aux postes clients. La fin de l’ère du PC et l’arrivée dans l’entreprise de nouveaux terminaux par l’intermédiaire de tendances comme le Byod offrent de nouvelles opportunités. Ce rachat est juste une étape de plus pour VMware. En octobre dernier, elle avait racheté le fournisseur de solutions desktop-as-a-service Desktone. L’objectif de VMware sur ce secteur, comme celui d’autres fournisseurs, est d’offrir un espace de travail virtuel sécurisé qui permet aux utilisateurs finaux d’accéder à des applications hébergées depuis leurs ordinateurs de bureau, leurs PC portables, leurs smartphones et leurs tablettes, à tout moment, et où qu’ils se trouvent.

Selon M. Poonen, « il y a très peu de chevauchement de produits entre les deux entreprises », ajoutant que « l’acquisition de AirWatch apporte à VMWare des outils de gestion des appareils et des applications mobiles, la capacité de séparer sur les smartphones et les tablettes les données et les applications personnelles, des données et outils d’entreprises ». Sanjay Poonen avance même que, à l’avenir, AirWatch sera le point de convergence de toutes les activités de développement mobile de VMware. Celui-ci n’a cependant pas livré beaucoup de détails sur la façon dont les produits seront intégrés, mais il a néanmoins précisé que l’orientation dans le secteur mobile était devenue une priorité depuis son arrivée à la direction de la division en août dernier.

La firme de Palo Alto n’est pas la seule entreprise à avoir commencé l’année par un rachat d’entreprise en vue d’accroître son offre dans le poste client. Plus tôt ce mois-ci, Citrix Systems, le concurrent de VMware, a acquis Framehawk (le montant de la transaction n’a pas été divulgué). Citrix veut utiliser la technologie de Framehawk pour améliorer les performances des postes de travail virtuels et des applications virtuelles sur les réseaux sans fil. La transgression des politiques de sécurité relatives au bon usage du byod et autres outils personnels (comme les stockages personnels dans le cloud) est devenue une règle pour toute une génération selon une étude commandée par l’éditeur Fortinet. La génération Y l’admet d’ailleurs volontiers. La transgression est d’ailleurs revendiquée de façon croissante : +42% au niveau mondial, +94% en France.

Si des règles assez permissives sont bien vécues (par 45% des répondants au niveau mondial, 34% en France), une interdiction entraînera une transgression de celle-ci par 51% des répondants dans le monde et 70% en France. Pour l’usage de stockage dans le cloud – par exemple Dropbox -, la possibilité de transgression atteint 36% au niveau mondial et 33% en France. Il est vrai que 38% de l’échantillon mondial utilise Dropbox (89% possèdent un compte de ce type) contre 28% en France (82% tous services confondus). 70% des répondants au niveau mondial (58% en France) utilisent ces services pour stocker des données sensibles de l’entreprise, y compris des mots de passe ou des données financières. Les Français sont plus méfiants que la moyenne mondiale vis-à-vis de ces services : 32% font totalement confiance à ces services au niveau mondial contre 27% en France, 6% y sont totalement hostiles au niveau mondial contre 11% en France.

Les technologies « wearable » (se portant comme un vêtement, telles que les Google Glass) devraient se diffuser rapidement pour la majorité des répondants. 16% des répondants (11% en France) pensent les adopter dès que possible, 33% (26% en France) quand les prix baisseront.Les usages professionnels des outils personnels n’est finalement que peu freinés par les incidents de sécurité. 55% des répondants estiment avoir eu leur ordinateur victime d’une attaque (45% en France) mais 19% seulement estiment que leur smartphone a été attaqué (16% en France). 14% au niveau mondial (18% en France) refuseraient d’avouer à leur employeur une compromission de données professionnelles sur un terminal personnel. Malgré un ralentissement de la chute des ventes au second semestre, le marché des ordinateurs en EMEA a connu une décroissance à deux chiffres en 2013. Avec une baisse de seulement 3,5% en volume, le marché du PC en Europe de l’Ouest a évité le plongeon.

Selon IDC, le nombre de PC livrés en EMEA en 2013 a atteint 88,3 millions d’unités. Sur 12 mois, les ventes y ont ainsi reculé de 15,7% comparée à 2012. Que le marché soit en recul n’est pas vraiment une surprise. Il s’agit d’une tendance constatée partout sur le globe. En revanche, le rythme de la décroissance atteint dans la région est bien supérieur à celui de -10% enregistré par les ventes mondiales de PC en 2013. Par segment, c’est celui notebooks qui a souffert le plus avec une baisse de 19% en volume. Les ventes d’ordinateurs de bureau ont décru de 9,6% quant à elles.Cela fait maintenant six trimestres consécutifs que le marché des ordinateurs se réduit en EMEA. Toutefois, les chiffres d’IDC pour le second semestre de 2013 témoignent d’un ralentissement de la chute des ventes. Si l’on se réfère au seul quatrième trimestre de l’année passée, elles n’ont en effet baissé « que » de 6,4% par rapport à la même période de 2012. Ce tassement est principalement dû aux livraisons de PC portables qui ont reculé de 9%. Sur le segment des PC de bureau, le recul a été limité à 1,7% grâce aux investissements des entreprises.

En Europe de l’Ouest, le marché du desktop a même connu une croissance de 2% lors du quatrième trimestre 2013. Tous types d’ordinateurs confondus, les achats des entreprises ont crû de 1,9% dans la zone alors que ceux des particuliers se sont repliés de 8,3%. Cela fait désormais trois trimestres de suite que le marché des entreprises est supérieur en volume à celui du grand public. Pour IDC, c’est la fin du support de Windows XP et le vieillissement de la base installée de PC qui nourrissent la croissance des investissements sur le marché professionnel. Au final, les ventes globales de PC en Europe de l’Ouest sont ressorties en baisse de 3,5% lors du quatrième trimestre 2013. Au prochain CES de Las Vegas, MediaTek prévoit de montrer ses derniers chipsets pour les smartphones LTE, pour la recharge sans fil et la TV 4K. Bien connu pour ses composants d’entrée de gamme, MediaTek possède un portefeuille beaucoup plus vaste que cela, et entend bien le montrer au CES. Le modem LTE MT6290 du fondeur devrait par exemple contribuer à faire baisser le coût des smartphones 4G. Pour que la technologie devienne vraiment répandue, il doit y avoir des produits à des prix raisonnables, a déclaré MediaTek un peu plus tôt cette année.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/

Batterie pour ordinateur portable fujitsu Siemens Amilo Pi2530

Les deux réponses de Microsoft prises ensemble semblent clairement indiquer que des accessoires pourront tirer parti de cette connectique dans une version élargie du dock, très certainement un pack batterie amovible extensible, ou un clavier clipsable plus grand avec batterie intégrée. Compte tenu de l’orientation du connecteur d’accessoire, il est également possible d’imaginer une charnière articulée qui permettra de positionner l’écran de la tablette Surface Pro comme pour un ordinateur portable Ultrabook standard. Un tel clavier pourrait à la fois résoudre le problème de la béquille fixe à 26 degrés et celui de la vie de la batterie. L’équipe a également défendu le prix de la tablette – 899 et 999 dollars HT – faisant valoir que la Surface Pro visait les utilisateurs qui « voulaient un MacBook Air et un iPad, mais ni le poids ou ni les contraintes des deux appareils ». D’autres réponses indiquent que les haut-parleurs de la Surface Pro seront de meilleure qualité que ceux de la Surface RT, ou encore qu’un correctif pour résoudre le problème de connexion Wi-Fi instable est imminent. L’équipe a aussi expliqué que son principal souci avait été de choisir une batterie interne qui leur permette de rester sous le seuil des 900 grammes.

La Surface Pro sera disponible aux États-Unis chez tous « les détaillants partenaires de Microsoft », Staples, Best Buy et les boutiques Microsoft. Un lancement dans d’autres enseignes partenaires locales comme JB Hi-Fi et Harvey Norman semble probable. Le fait que la Surface Pro soit listée sur le site du revendeur Expansys semble indiquer que la tablette de Microsoft sera disponible auprès d’un plus large éventail de détaillants et de fournisseurs. Avec son BlackBerry, le groupe canadien RIM a inventé le push de messagerie et révolutionné les télécommunications en 2003 mais n’a pas su conserver son avance face à l’iPhone d’Apple et des terminaux animés par l’Android de Google.Voici les grandes dates qui ont marqué l’histoire de RIM qui joue son avenir avec son OS BlackBerry 10 et les terminaux Z10 et X10, lancés ce mercredi avec plus de deux ans de retard.

- 2003 : lancement du BlackBerry, un téléphone portable arrondi avec un mini-clavier aux allures de mûre, d’où son nom, qui permet de recevoir en push des emails. RIM n’a pas inventé le smartphone, c’est plutôt IBM avec le prototype Angler présenté au Comdex de Las Vegas en 1992, dont la version commerciale, le Simon, a été présentée en novembre 1993. – Octobre 2007 : le BlackBerry compte plus de 10 millions d’abonnés, et l’iPhone d’Apple vient tout juste d’être lancé.- Février 2009 : premiers nuages avec des prévisions de résultats trimestriels décevantes même si la barre des 50 millions d’abonnés est franchie. L’action dégringole de plus de 16% le 11, mais le 16 février, le groupe annonce encore des milliers d’embauches.- Juillet 2011 : l’iPhone d’Apple dépasse les BlackBerry aux Etats-Unis en termes d’utilisateurs. Confronté à la concurrence non seulement des téléphones multifonctions mais aussi des tablettes comme l’iPad d’Apple, RIM annonce la suppression d’environ 2 000 emplois, soit 11% de son effectif.- Octobre 2011 : alors que l’action a perdu 60% de sa valeur depuis le début de l’année, le BlackBerry est touché par plusieurs jours de pannes majeures de son système de messagerie, affectant des millions d’utilisateurs en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Inde, au Brésil, au Chili et en Argentine.

- Novembre 2011 : nouveaux retards de réception de données sur le BlackBerry.- Janvier 2012 : les deux fondateurs et co-PDG, Jim Balsillie et Mike Lazaridis, démissionnent. Le nouveau patron, Thorsten Heins, s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs et assure qu’il ne divisera pas le groupe en plusieurs sociétés.- Mars 2012 : le groupe annonce qu’il est tombé dans le rouge au quatrième trimestre de l’exercice 2011-2012. Jim Balsillie, qui présidait encore le conseil d’administration, quitte la société, suivi de deux autres hauts dirigeants.Thorsten Heins annonce une “révision globale” de la stratégie, envisageant des partenariats ou ventes de brevets, voire une cession pure et simple du groupe qui compte désormais 77 millions d’abonnés.- 29 Mai 2012 : RIM avertit de pertes “probables” au premier trimestre de l’exercice 2012-2013 et des difficultés pendant les prochains trimestres. Il vise un milliard d’économies fin 2013 et des “baisses d’effectifs importantes” avant la fin de l’année.

Le groupe charge JPMorgan Chase et RBC Capital Markets de l’aider à étudier ses options stratégiques. L’action chute encore en Bourse, à un peu plus de 10 dollars. Microsoft vient d’ouvrir sur Azure un service permettant de diffuser des contenus vidéo vers n’importe quel terminal. Accessible en mode privé, la preview du service sera bientôt disponible en mode public.Avec Windows Azure Media Services, Microsoft continue d’élargir son offre cloud. Ce dernier service permet aux entreprises de diffuser du contenu vidéo à n’importe quel terminal sans qu’elles aient besoin de créer leur propre infrastructure pour l’encodage et le streaming vidéo à la demande. Comme l’a expliqué Scott Guthrie, vice président de Microsoft, dans un blog, « le service, opérationnel depuis mardi, peut par exemple servir à diffuser des vidéos de formation aux salariés, du contenu vidéo en streaming sur un site web, ou proposer le la VOD à la manière de Hulu ou de Netflix ».

Comme beaucoup d’offres cloud PaaS (platform-as-a-service), Windows Azure Media Services veut faciliter le déploiement de services de streaming vidéo. La création d’une plate-forme de distribution de contenus vidéo, qui code et prépare les médias pour les rendre accessibles à différents types de dispositifs et à différents clients est une tâche complexe. « Il faut configurer et maintenir du matériel et des logiciels connectés », indique Scott Guthrie. « Windows Azure Media Services facilite cette tâche, puisque l’entreprise n’a pas besoin de provisionner et de gérer une infrastructure personnalisée », ajoute-t-il. Avec Windows Azure Media Services, les entreprises peuvent diffuser de la vidéo vers des ordinateurs portables, des tablettes, des smartphones, des consoles de jeux et des téléviseurs tournant aussi bien sous Windows, iOS qu’Android. Les développeurs peuvent créer des workflows pour télécharger, encoder et diffuser les vidéos automatiquement, grâce à des API REST ou .Net et aux SDK Java, disponibles sur le site Web des développeurs Azure. Ce dernier offre toute l’information nécessaire aux développeurs pour démarrer. Une version permettant de faire du streaming en direct est actuellement disponible en mode privé, et selon Scott Guthrie, la preview du service sera prochainement ouverte à tous.

Le tarif du codage sur Windows Azure Media Services est forfaitaire, et commence à 1,99 dollar HT par gigaoctet. Une remise est accordée pour les grands volumes. Pour le streaming, les utilisateurs paient sur la base d’un stockage et d’une bande passante adaptés à un trafic faible à modéré. Ils peuvent ensuite ajouter des serveurs pour traiter un plus grand nombre d’utilisateurs.Les smartphones et les tablettes 4G/LTE bon marché basés sur la puce Tegra 4i sont attendus pour la fin de l’année. Nvidia s’impose aujourd’hui comme un challenger très sérieux sur le marché des composants pour terminaux mobiles. 200 $ HT pour les smartphones et 300 $ HT pour les tablettes 7 pouces, ce sont les prix planchers des futurs terminaux construits autour de la Tegra 4i de Nvidia, qui est la première puce de la société à intégrer un modem 4G/LTE. Dotée de quatre coeurs, ce processeur repose sur une architecture modifiée du design ARM Cortex-A9 et fonctionne à une fréquence d’horloge de 2,3 GHz. Il est ainsi doté d’un cinquième noyau pour traiter les tâches ne demandant qu’une faible puissance telles que des appels téléphoniques. La puce intègre un modem logiciel qui peut prendre en charge les technologies 3G et 4G/LTE. La puce supportera de nombreuses fréquences dans le monde et notamment en Chine.

Le design Cortex-A9 a également été utilisé par Nvidia dans la précédente puce Tegra 3 qui équipe de nombreuses tablettes et smartphones. Mais la puce 4i est une architecture améliorée de la Tegra 3 : elle est à la fois plus petite, plus rapide et plus efficace que la base Cortex-A9 d’origine. “Elle a une architecture CPU flambant neuve que nous avons co-développé avec ARM,” a expliqué Philip Carmack, vice-président de la division mobile de Nvidia. “Ce n’est pas un simple révision de l’A9, mais une amélioration assez lourde. Nous avons construit un processeur quad-core très compact”, a ajouté M.Carmack. “C’est un triomphe de l’efficacité.” ARM conçoit des processeurs qui sont utilisés dans la plupart des smartphones dans le monde, comme l’iPhone et le Galaxy. Comme Apple, Samsung, Qualcomm, Texas Instruments et d’autres, Nvidia licencie et améliore les architectures processeurs du britannique.

Nvidia est surtout connu pour ses circuits graphiques, et la puce 4i est censée accompagné l’essor des usages multimédia sur les mobiles. Les utilisateurs seront en mesure de jouer à des jeux HD sur des smartphones Android. La Tegra 4i dispose de 60 coeurs graphiques contre 12 pour la Tegra 3 et 72 pour la Tegra 4. La puce 4i offre une surface deux fois plus petites que la Tegra 4, ce qui pourrait conduire à des smartphones plus minces et plus économes en énergie, selon M. Carmack, ajoutant que la taille due la puce 4i est beaucoup plus petite que les offres concurrentes, celle de Qualcomm par exemple.”Personne ne peut construire un petit quad-core smartphones 4G/LTE”, a dit M. Carmack. Un des plus grands progrès de la 4i est un modem intégré, alors que les puces précédentes de Nvidia devaient être seconder par un modem séparé, a déclaré Jim McGregor, analyste principal chez Tirias Research. “Je ne m’attendais pas à voir la fonction modem aussi rapidement intégrée», a déclaré l’analyste. “Ce qui les met dans le groupe très sélect des sociétés capables de fournir des puces avec modem intégré.” Quacomm, par exemple, propose des puces Snapdragon S4 avec modem intégré. L’intégration des ces composants permet de fabriquer des puces plus rapides et plus efficientes en énergie.

  1. http://yourpot.com/users/retrouve3/blog.aspx
  2. http://blogcity.jp/page.asp?idx=10057051
  3. http://retrouve3.gratisblog.biz/

Sony VGP-BPS5A laptop battery

Workstations are among the most powerful laptops, but as mentioned above, they are designed to run professional applications rather than games. The obvious ones to consider are the Lenovo ThinkPad W540 – since you are already a ThinkPad owner – and the Dell Precision M3800.The ThinkPad W540 looks like a T-range laptop but includes high-spec components. The standard model has a Core i7-4700MQ but there is a choice of five chips, up to the 3.9GHz i7-4930MX (for £1,069.86 extra). Memory starts at 4GB but can be expanded to 32GB for an extra £364.80. The graphics card is an Nvidia Quadro K1100M or K2100M. As with the T440, the hard drive options include a 1TB drive with a 16GB micro hard drive. However, you can combine a 1TB hard drive with a 256GB or 512GB SSD, which is probably ideal. You can also upgrade the 1920 x 1080-pixel FHD screen to a 3K (2880 x 1620) IPS screen for a very reasonable £90.18.The stated weight is 2.5kg, but your spec may weigh more.

Lenovo quotes a battery life of up to six hours for the standard 6-cell battery, so you might get up to nine hours from nine cells. W540 prices start at £1,353.99, but a 32GB system with a 3K screen, top spec HD/SSD combination and built-in 3G costs almost £2,500.The Dell Precision M3800 Workstation is an impressive attempt to pack workstation power into something that looks like an Ultrabook. It’s only 18mm thick, and the starting weight is only 1.88kg – very close to the T440′s 1.8kg. The drawback is that once you have chosen the top model, that’s it. You get a Core i7-4702HQ processor, 16GB of memory, Nvidia Quadro K1100M graphics with 2GB of memory, a 256GB SSD, a 15.6in 3200 x 1880-pixel touch screen and Windows 8.1 Pro for £1,962.48 including VAT and shipping. If you really want to downgrade to Windows 7, you’ll have to do it yourself.According to the spec, you should be able to add a 500GB or 1TB hard drive to go with the 256GB SSD, but I can’t see that option on the UK website.The M3800 looks like a good choice for people who need to edit photos or videos in Adobe Creative Suite or similar software, or do 3D graphics work, but want an ultraportable. However, you don’t need workstation graphics for Microsoft Excel or the other tasks you mention.

Many of these children have never touched a computer of any kind before; most, indeed, have never seen one. But when these introductory classes are finished, the children will be allowed to take these laptops to their homes, many of which have no television or phone connections. Or even electricity.The class concludes. Freed from the requirement to sit , the children are all suddenly on their feet handling the computers in the way that seems most natural to them; standing and propping them on chests or stomachs. Prodding with a single hand. Not wanting to give them up.They laugh and film each other with the laptop cameras or gather in small groups in the dusty yard outside to watch each other playing games. Others crowd around the largely American instructors to bombard them with questions.I see the same scene in several schools. When I talk to them, the Rwandan children are as shy as children anywhere when addressed by a strange adult. When they do answer it is with a kind of quiet wonder. I love using it, says Oliver Niyomwungeri, aged 12. I never saw one of these before. I’m so excited to take it home when we’re allowed. I want to do my homework on it. And I want to teach my younger sister how to use it.These laptops, the first of 100,000 that the government intends should be given to every Rwandan child between the ages of nine and 12, represent a kind of revolution.

One that envisages not only the transformation of an impoverished agrarian society into one of the most advanced in Africa, but also sees technology as a tool that will help exorcise the country’s lingering ghosts. The genocide that took place in this country in 1994 deprived many of these children of uncles, aunts, grandparents. During 100 days of killing, 800,000 minority ethnic Tutsis and moderate Hutus were murdered in service of so-called Hutu Power.I examine the computer closely the next day. It is being turned over in the large hands of David Cavallo in a coffee shop in a modern mall in Kigali. Cavallo is project director and learning architect for One Laptop Per Child; the organisation that developed and supplies the computers. He is an enthusiastic and youthful 58, with a tangled mop of salt-and-pepper hair, a boxer’s nose and grizzled beard.Rwanda is not the first country to have been supplied with the XO machines by One Laptop Per Child (1.4 million have been delivered to children in 35 countries including Haiti, Afghanistan, Brazil and Uruguay), but it does present one of the most challenging projects that the organisation has yet undertaken. For Cavallo, it is also one of the most exciting.The organisation’s mission statement – to create educational opportunities for the world’s poorest children via a rugged low-cost, low-power laptop – might have had Rwanda specifically in mind. Its shortages of electricity and lower internet connectivity are driving One Laptop Per Child to develop ever cheaper and tougher machines with ever lower power consumption. The next generation of computers will be usable even where there is no mains power at all. And at the heart of their programme is the idea of joyful, playful and innovatory learning.Over the past 10 years technology has helped other very poor societies – via the wind-up light or through the widespread adoption in Africa, in particular, of mobile phones, even in the remotest communities – but this project is of a different order.

One specific aim is to encourage social cohesion. The Rwandan government particularly wants to encourage rapid economic development by educating these children to be computer-literate – but there is also a notion that these laptops might help to vaccinate a society still in painful recovery from its genocidal past by opening up the rest of the world to a new generation.Cavallo talks about Jean Piaget, the Swiss psychologist and philosopher who believed education to be capable of saving our societies from possible [violent] collapse. He also talks of the American philosopher John Dewey, one of his heroes, who believed that only science could reliably further human good. It is an ex-student of Piaget’s, Seymour Papert (a brilliant mathematician and education and technology theorist) who is the inspiration for the XO. A political refugee from apartheid South Africa, Papert fled to England, France and finally America where he became one of the founders of the Artificial Intelligence Laboratory at the famous Massachusetts Institute of Technology in Boston (MIT).Later Cavallo emails me a photograph. It is a black and white image from 1967. A long-haired and bearded Papert is bending over a mechanical clear plastic turtle controlled by a computer language written for children of his own devising.

This turtle, which children could command to draw – on paper at first and later on a video screen – was the first of Papert’s Children’s Machines that four decades later would morph into the XO.What Papert has long argued is that children, in all societies, can master computing, not just their simple operation but also the writing of computer code as well. That learning process, he believed, equipped children not only for understanding computers but could transform entirely how individuals learn throughout their lives, inside and outside the classroom and, therefore, alter societies. He is a longstanding enemy of what he sees as the tyranny of formal education systems which he believes equip children only to master set syllabuses. Put simply, Papert believes that computers can enable children to learn how to learn for themselves through playful problem-solving and that this will lead to their becoming better-rounded human beings.One of those inspired by what Papert had to say was Nicholas Negroponte – brother of John, George Bush’s controversial director of national intelligence – a student and later colleague of Papert at MIT, who would become the founder and driving force behind One Laptop Per Child.

Although he is a wealthy pioneer in the field of computer-aided design, an investor in technological start-ups and sometime predictor of the future through his writings on the benefits of technology to humankind, it has, however, been One Laptop Per Child that has become Negroponte’s most ambitious project. He is taking Papert’s ideas and making them reality, applying himself to his dream of what has been referred to as techno-utopianism – the belief that science and technology can bring about profound beneficial social change.Indeed in a lecture by Negroponte from 2006, describing his vision for One Laptop Per Child, he declared that education, delivered in the context of the XO, is potentially the solution to [the problems of] poverty, peace and the environment.David Cavallo, a former student of Papert and a colleague of Negroponte, has taken a leave of absence from MIT to crisscross the globe with the XO, introducing it to the world’s most impoverished children. The son of an Italian anarchist who fled his home in the second world war, his own journey to Rwanda from Ohio, where he grew up, has been guided by a similar radicalism to his father’s, one that saw him drawn as a student to the University of California’s Berkeley campus, attracted by its history of protest. But anger, says Cavallo, was not enough.

What he wanted were practical solutions that changed the world, not rhetoric that simply described how bad it was. It was a need that would lead him eventually to be part of One Laptop and to settle with his family in Kigali.He hands me one of the computers. A little larger than a box of chocolates, it is one of the first 100,000 XOs destined for distribution around the country by a government that has bought them at a cost of $181 each. The next generation will be a plastic-coated tablet. Indestructible, it is hoped. Costing less than $100.The keyboard is small for my fingers but it was never intended for an adult. The desktop appears as an unfamiliar cartwheel of programmes represented by child-friendly icons. Cavallo flips it over, converting it at once into a games console.In a landlocked and resource-poor country, you can appreciate why the laptop represents one of the most potent symbols of Rwanda’s ambition to turn itself into a knowledge-based economy. The government hopes to train 50,000 computer programmers within the next decade, a scheme that is being developed in parallel with other large technology projects whose aim is not to catch up with neighbours such as Kenya, but to leapfrog them within a generation. A wireless broadband system is planned for Kigali – a city-wide umbrella that would convert the capital into a huge hot spot.

  1. http://dovendosi.blogpage.eu/
  2. http://dovendosi.cafeblog.hu/
  3. http://en.donkr.com/blog/dovendosi

Batterie pour ordinateur portable Dell NGPHW

Mardi, deux autres dirigeants d’Intel ont vanté les récentes avancées des PC, en particulier des machines hybrides qui se situent à parts égales entre l’ordinateur portable et la tablette. Navin Shenoy, vice-président et directeur général de la firme de Santa Clara est allé jusqu’à dire qu’il s’attendait à voir plus d’innovation dans les PC au cours des 12 prochains mois que ce que l’industrie a connu au cours des 18 dernières années. Justin Rattner, qui n’a pas minoré l’innovation des deux dernières décennies tout aussi fortement, a déclaré que nous entrions dans une période de grands changements. Il a noté l’arrivée de l’informatique perceptive, qui permettra aux utilisateurs de se défaire de leurs claviers et souris et à la place, de contrôler leurs ordinateurs avec des gestes de la main, la voix et même des expressions faciales. « Nous ne sommes également pas loin d’avoir des ordinateurs portables qui auront une autonomie d’une journée », a-t-il assuré.«C’est incroyable de penser que les utilisateurs de PC portable ont pu se satisfaire de trois ou quatre heures d’autonomie »,a-t-il ajouté « Les terminaux Internet sont arrivés sur le marché, ils fonctionnent au moins toute la journée et vous n’avez pas à courir constamment pour rechercher une prise murale afin de les brancher. Vous vous déplacez pour une réunion chez Intel et tout le monde branche son ordinateur portable, alors moi je fais en sorte de ne pas procéder de la sorte juste pour voir combien de temps il tiendra la charge. »

Justin Rattner attend également l’arrivée d’un ordinateur toujours connecté, qui même éteint, interceptera un email entrant et s’allumera juste assez longtemps pour s’en emparer et attendre que le destinataire le lise. « Il gardera suffisamment de tension pour le réseau sans fil pour détecter non seulement un paquet entrant, mais un paquet de courrier entrant, avant de se réactiver pour réceptionner cet email, avant de se remettre en veille », a-t-il expliqué. «Il faut effectivement apporter des modifications aux puces WiFi et cellulaires pour procéder à cela de façon très efficace. Si vous allumez sans cesse toute la plate-forme à chaque fois qu’un email arrive, croyez-moi, vous n’aurez probablement que deux heures d’autonomie. »« Tous ces changements vont modifier la façon dont nous pensons et utiliserons nos ordinateurs, a martelé Justin Rattner. Par exemple, il indique avoir vu des travaux de recherche portant sur la construction d’un ordinateur portable équipé de deux écrans – l’un positionné où l’écran se trouve généralement, et l’autre sur la base du chassis, place où se trouve habituellement le clavier. Ainsi, l’utilisateur peut regarder un mouvement sur l’écran en position verticale et tweeter à ce sujet sur le moniteur tactile de base. « Je pense que nous sommes dans une période d’exploration », a-t-il poursuivi. « Comme je voyage dans le monde et regarde toutes les innovations en cours en termes de facteur de forme et de matériaux, ces incroyables idées sur cette sorte de renaissance du PC ne cesse de me surprendre. C’est tout simplement extraordinaire. »

Une chose qui a intrigué le responsable de la technologie d’Intel à propos des ordinateurs des cinq prochaines années est de savoir comment ils devraient fonctionner ensemble pour agir comme des amis ou des collègues actuels, et devenir «de véritables assistants personnels» plutôt que seulement des gadgets numériques. Ces terminaux connectés nous alerteront sur les embouteillages sur notre route trajet du matin et nous proposeront une conduite alternative. Ils vont aussi ressentir nos états d’âme, lorsque nous sommes en colère ou frustrés et peut-être nous dire: «vous voudrez peut-être essayer de nouveau», au lieu de simplement afficher un message d’erreur.«Nos téléphones, ordinateurs portables, tablettes, voitures, maisons – ont tous une égale connaissance ou une compréhension égale de vous-même et de comment vous vivez votre vie», a conclu Justin Rattner. « Nous allons entrer dans une ère où nous considérerons littéralement nos équipements comme des amis, collègues, associés, assistants d’une manière beaucoup plus personnelle. » Selon Gartner, les ventes de PC dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) ont baissé de 9,6% à 28 millions d’unités lors du quatrième trimestre 2012. Et comme le précise le cabinet d’études, ce n’est ni aux marché d’Europe de l’Est et Centrale, ni aux marchés du Moyen-Orient et d’Afrique, tous en croissance, que l’on doit ce résultat mais à ceux d’Europe de l’Ouest. On peut donc aisément en conclure que le recul des ventes cumulées des marchés français, italiens, espagnols ou encore britanniques dépasse allégrement les -10% sur le trimestre.

Pour couronner le tout, les ventes de PC portables ont reculé de 11% dans l’ensemble de la zone EMEA. Chose rare, mais à laquelle il va falloir s’habituer, elles font ainsi moins bien que les ventes de PC de bureaux dont la baisse s’établit à -6%. Il faut dire que contrairement au format portable, les desktops subissent moins la concurrence des tablettes dont la mise sur le marché est un cataclysme pour les fabricants de PC.D’après le classement de Gartner, HP est resté le numéro un des ventes de PC en EMEA au quatrième trimestre 2012 avec une part de marché de 19,1%. Sur un an, celle-ci a progressé de 0,3 point en dépit de ventes trimestrielles en recul de 8,3%. Alors qu’il talonne HP sur le plan mondial, le chinois Lenovo en reste encore loin en EMEA. Il dispose dans la région d’une part de marché de 11% atteinte grâce à des ventes qui se sont améliorées de 29,4%. Le repreneur des PC d’IBM est ainsi passé devant Acer qui tombe à la troisième place du classement de Gartner en EMEA. Sa part de marché est en effet passée à 10,7% (contre 11,4% il y a un an), amoindrie par des livraisons en décroissance de 14,6%. Affaibli par des ventes en baisse de 16,6%, Asus a également vu sa part de marché fondre légèrement à 10%. Le fabricant taïwanais a tout de même dépassé Dell qui devient ainsi numéro cinq en EMEA avec 8,4% de part de marché et des ventes qui se sont réduites de 26% au quatrième trimestre 2012. Peu des produits IT et électroniques commercialisés dans la distribution grand public ont échappé à une baisse de leurs ventes en valeur l’an dernier. Comme le révèle GFK, les achats cumulés de PC, de tablettes, d’imprimantes et de consommables ou encore de téléphones ont en effet reculé d’au moins 3% (un chiffre que publie le cabinet d’études en tenant aussi compte des ventes, en hausse, du petit et du gros électroménager).

Le record de décroissance revient aux produits d’électronique grand public (TV, lecteurs nomades, GPS…) dont le chiffre d’affaires annuel n’a atteint que 5,5 milliards d’euros, soit 18,9% de moins qu’en 2011. Au quatrième trimestre, le secteur a subit une décroissance de 14,6% de sa valeur à 1,7 milliards d’euros. Il a été notamment impacté par la baisse des ventes de téléviseurs qui font les frais de la fin de l’euphorie des dernières années, liée à l’équipement en écran plats de grande taille. Concurrencés par les smartphones et les tablettes, les GPS et les lecteurs nomades semblent bel et bien avoir vécu leur âge d’or.Segment des biens IT grand public le plus important, celui de la micro Informatique s’est, sans surprise, également replié (- 2,9% en valeur sur l’année 2012). Les revenus du secteur se sont ainsi établis à 8,31 milliards d’euros. Aidé par la période de Noël, la baisse des ventes a été légèrement inférieure (-1,6% à 2,6 Md€) au quatrième trimestre. Sur ce segment dans lequel GFK classe les PC de bureau, les PC portables et les tablettes, ce sont les deux premières catégories de produit qui ont entraîné l’ensemble du marché dans leur chute. Tandis que les desktops enregistraient une baisse en valeur à deux chiffres, les notebooks connaissaient pour la première fois un recul de leur chiffre d’affaires. A contrario, les tablettes ont vu leurs volumes progresser de 140% à près de 3,6 millions d’unités en 2012. Pour ne rien arranger, le prix des tablettes a beaucoup baissé, pour passer à 325 € en moyenne, quand celui des PC augmentait de 2% à 575 €.

Mature lui aussi, le marché de la bureautique et des consommables a sauvé les meubles l’an dernier. Ses ventes en valeur n’ont en effet baissé que de 0,4% sur l’année à 2,85 milliards d’euros. Mieux, lors du dernier trimestre 2012, le chiffre d’affaires du secteur a connu une progression de 2,3% à 800 millions d’euros. Peut-être un signe du retour de la valeur sur un plus long terme. Par segment de produit, GFK note une forte croissance des ventes en valeur de multifonctions, de scanners et de vidéoprojecteurs. En revanche, le marché des consommables s’est replié de 2% sur l’année, accusant le contrecoup de la baisse des ventes des systèmes d’impression. La tendance pourrait toutefois s’inverser cette année grâce au rebond sensible des ventes de multifonctions.Au final, seul le marché de la téléphonie grand public peut se targuer d’avoir progressé dans son ensemble l’an dernier. Le secteur a connu une croissance annuelle de 20,3% pour un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros. Il a pu compter sur la forte croissance des ventes de smartphones et d’accessoires qui ont représenté plus de 30% de l’ensemble des ventes en volumes de terminaux et d’accessoires sur l’année. A noter qu’il s’est vendu 15% de terminaux mobiles nus en 2012, contre 3% en 2011, suite à l’arrivée de free qui a amené les opérateurs à proposer des forfaits sans subventions de téléphones. Les terminaux fixes ont enregistré un recul lié à la maturité de ce segment de marché mais ont été aidés par la hausse de leur prix moyen durant les ventes de Noël.

Intel va fournir d’ici la fin de l’année sa puce Atom équipée de transistors 3D pour smartphone aux fabricants de terminaux. Cette puce, dont le nom de code d’origine est Merrifield, prévoyait d’améliorer les performances et l’autonomie de la batterie. Sa conception a été repensée de fond en comble pour être plus performante. Elle sera gravée en 22 nm et comprendra des transistors en 3D, comme sur les puces équipant déjà les ordinateurs portables et de bureau. Les transistors 3D sont empilés pour former une petite maison, alors que sur l’ancienne conception, les transistors s’étalaient à plat sur la puce. Intel souligne qu’une structure en 3D est la meilleure façon de continuer à améliorer les transistors avec des puces plus petites.Le fondeur accélère aussi le développement de puces en 14 nm pour smartphone pour essayer de rattraper son retard sur les puces ARM qui équipent la plupart de ces terminaux. Un porte-parole d’Intel n’a pas su dire quand les smartphones intégrant des puces Merrifield seraient disponibles. Il faut en général un an à 18 mois pour que les constructeurs testent et valident une nouvelle puce avant la commercialisation des terminaux. Cela signifie que les premiers smartphones n’arriveront pas avant la fin de l’année prochaine.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/

Batterie pour ordinateur portable Dell Vostro 3300

Le calendrier annoncé par Alcatel pour la mise de VSP sur le marché est très agressif. La technologie sera testée plus tard ce mois-ci auprès de quelques clients, dont l’opérateur français SFR pour sa plate-forme cloud Numergy, l’opérateur britannique de services cloud Exponential-e et l’Université de Pittsburgh Medical Center. Ensuite, en milieu d’année, VSP sera disponible partout dans le monde, comme l’a indiqué l’entreprise. « C’est possible, car il n’y a pas de nouveau matériel à tester ou à fabriquer », a déclaré le directeur marketing d’Alcatel. Selon Joe Skorupa de Gartner, « beaucoup de choses restent à prouver en matière de virtualisation de réseau, parce que les technologies sont complexes et les réseaux physiques sont très différents en forme et en taille ». Selon l’analyste, « une poignée d’utilisateurs spécifiques va essayer de mettre en oeuvre le SDN dans des environnements dont même les chercheurs des laboratoires ne pouvaient rêver ». L’équipe de sécurité de Facebook a assuré qu’il n’y avait aucune preuve que les données de ses membres aient été compromises par une attaque. Si les auteurs n’ont pas été identifiés, on sait que l’assaut a exploité une faille zéro-day dans Java.

Facebook a déclaré vendredi qu’Il avait subi une attaque sophistiquée, en précisant que les données des usagers n’avaient pas été compromises. Ceci intervient deux semaines après que Twitter ait demandé à 250 000 membres de réinitialiser leur mot de passe, suite à une cyberatttaque. La même semaine, le New York Times et le Wall Street Journal signalaient également des actes de piratage.D’après les explications fournies par le réseau social, ses systèmes ont été pris pour cibles au cours du mois dernier lorsque certains de ses employés s’étaient rendus sur le site web mobile compromis d’un développeur. Ce site a permis à un logiciel malveillant de se propager sur leurs ordinateurs portables. Dans un billet de blog, le réseau a assuré que les postes en question avaient été entièrement mis à jour et fonctionnaient avec un antivirus mis à niveau.

« Dès que nous avons découvert la présence du malware, nous avons assaini toutes les machines infectées, informé la police et démarré une importante enquête qui continue à ce jour », a commenté Facebook.La société de Mark Zuckerberg n’a pas fourni d’explications sur l’origine ni sur les auteurs de l’attaque. Celle-ci a été identifiée lorsque l’équipe de sécurité a repéré un domaine suspect dans les logs DNS de la société qu’elle a fait remonter jusqu’au PC portable d’un des salariés. Après qu’un malware ait été découvert sur le terminal, l’enquête a été élargie à une plus large échelle dans l’entreprise et plusieurs autres laptops infectés ont été signalés.« Après avoir analysé le site compromis d’où l’attaque est partie, nous avons constaté l’utilisation d’une faille zero-day (inconnue jusqu’à présent) pour contourner la sandbox Java afin d’installer les logiciels malveillants», a détaillé Facebook. La société a ajouté qu’elle avait immédiatement signalé cette faille à Oracle, qui avait fourni un patch le 1er février pour remédier à la vulnérabilité.

L’attaque ne s’est pas limitée à Facebook. «Il est clair que d’autres ont été récemment piratés et infiltrés, a indiqué le réseau. « En tant que l’une des premières entreprises frappées par ce malware, la compagnie a immédiatement pris des mesures pour partager les détails de cette intrusion avec d’autres groupes et entités qui ont été touchés. »La technologie Java a récemment fait parler d’elle sur le plan de la sécurité. Oracle a patché certaines vulnérabilités critiques sur la plate-forme à la mi-janvier, mais l’US-CERT exhorte toujours les utilisateurs à désactiver les plug-ins de leurs navigateurs qui utilisent Java. Oracle a publié un autre correctif au début du mois, mais n’a pas mentionné à l’époque que la faille avait été utilisée pour cibler Facebook. La semaine dernière, l’éditeur avait indiqué qu’il publierait davantage de correctifs le 19 février. En pleine crise économique, après avoir digéré plusieurs acquisitions ces derniers mois, Econocom prépare sa mutation. « Mutation » ce sera justement le thème du prochain plan stratégique qui mènera l’entreprise jusqu’en 2017.Econocom présentait aujourd’hui ses résultats audités 2012. On connait l’essentiel, un chiffre d’affaires annuel en baisse de 3% à 1,5383 milliard d’euros, mais un résultat opérationnel courant en hausse de 11% à 74,1 million d’euros. Comment expliquer cette baisse du CA et cette bonne rentabilité ? La baisse du CA est due à deux phénomènes, une moindre performance au Bénélux, mais 2011 avait été très fort sur cette zone, et le désengagement de la société des petits comptes. Plus que jamais, Econocom cible les grands comptes et les ETI.

D’autres chiffres confirment la bonne tenue de la rentabilité. Le résultat opérationnel passe de 46 ME à 68,6 ME, le résultat avant impôt de 34,1 à 64 ME. Le résultat net part du groupe s’élève en 2012 à 47,4 ME contre 21,5 ME.Elément intéressant, la trésorerie a permis de financer ces 5 acquisitions () réalisée en 2012. Fin 2011, la société avait une trésorerie brute de 145 ME, elle est de 80 ME fin 2012, entre temps Econocom a procédé à 5 acquisitions ciblées pour un montant total de 16 ME (représentant 50 ME de CA). Deux ans et demi après le rachat d’ECS, qui l’a fait doubler de taille, Econocom a stabilisé ses structures et se prépare à de nouveaux enjeux.La société mise par exemple sur les objets intelligents, le CA sur ce domaine est passé de 88 ME à 122 en 2012 avec des réalisations comme un chariot intelligent pour une compagnie aérienne, un stylo pour une compagnie d’assurance avec 380 contrats inclus (cet iPen est au même prix qu’un PC portable). La société va d’ailleurs installer un digital center à Puteaux dans l’un de ses immeubles. Il permettra de démontrer des solutions pour les hôpitaux ou la distribution.

La société se développe également sur des solutions de cloud computing, avec ses rachats ou par ses propres offrez, viCUBE et viSPACE. Elles restent encore modestes dans le chiffre d’affaires. Econocom veut se porter maintenant vers la location à l’usage, autour des objets intelligents et de la mobilité. Elle compte également procéder à de nouvelles acquisitions. La société vient de reprendre Exaprobe, elle va poursuivre en 2013 ce programme d’acquisition, mais toujours en restant ciblée et en poursuivant sa croissance organique. Dans un mois, elle annoncera son plan de développement pour les quatre ans à venir.() 5 acquisitions : Centix dans la virtualisation en Belgique, Tactem dans la gestion de factures téléphoniques en France, Cap Synergy dans la sécurité, en France, France Systems dans le monde Apple en France, enfin, Ermestel, en Espagne et au Mexique pour la virtualisation.Selon des chercheurs de l’entreprise de sécurité Rapid7, des dizaines de millions d’appareils connectés, comme les routeurs, les imprimantes, les serveurs de média, les caméras IP, les téléviseurs intelligents et autres, peuvent être attaqués via Internet du fait des sérieuses lacunes découvertes dans le protocole UPnP (Universal Plug and Play) mis en oeuvre pour leur connexion en réseau.

Le standard UPnP permet à des périphériques connectés de se localiser entre eux et d’établir automatiquement des configurations opérationnelles pour le partage de données, le streaming, le contrôle de la lecture vidéo, etc. En temps normal, une application de partage de fichiers fonctionnant sur un ordinateur peut demander via UPnP à un routeur d’ouvrir un port spécifique et le lier au réseau local de son ordinateur afin d’ouvrir le partage de fichiers avec des utilisateurs distants.UPnP est principalement destiné aux réseaux locaux, mais au cours des tests qu’ils ont effectués entre juin et novembre 2012, les chercheurs en sécurité de Rapid7 ont comptabilisé plus de 80 millions d’adresses IP publiques uniques ayant répondu à des requêtes UPnP envoyées via Internet. En outre, ils ont constaté que 20 % – 17 millions – de ces adresses IP renvoyaient à des appareils exposés à Internet par le service SOAP (Simple Object Access Protocol) UPnP. « Ce dernier peut permettre aux pirates de cibler des systèmes installés derrière un pare-feu et expose leurs informations sensibles », ont expliqué les chercheurs de Rapid7.

Sur la base des réponses UPnP, les chercheurs ont pu identifier les appareils et voir quelle bibliothèque UPnP ils utilisaient. Ils ont ainsi constaté que, dans plus de 25 % des cas, le protocole ‘UPnP était géré par une bibliothèque appelée Portable UPnP SDK. Selon les chercheurs, huit vulnérabilités exploitables à distance ont été identifiées dans le Portable UPnP SDK, dont deux pouvant être utilisées pour exécuter du code à distance. « Les vulnérabilités que nous avons identifiées dans le Portable UPnP SDK ont été corrigées avec la version 1.6.18 (la mise à jour a été livrée hier), mais il faudra beaucoup de temps avant que les fabricants et éditeurs d’application intègrent ce correctif dans leurs produits », a déclaré hier dans un blog le CTO de Rapid7, HD Moore.Plus de 23 millions d’adresses IP, parmi les 80 millions identifiées lors des analyses, renvoient à des appareils susceptibles d’être compromis en tirant profit des vulnérabilités du Portable UPnP SDK. « Il suffit d’envoyer un paquet UDP unique spécialement conçu », a indiqué le CTO. Des vulnérabilités ont également été identifiées dans une autre bibliothèque UPnP appelée MiniUPnP. Elles peuvent être utilisées dans des attaques par déni de service DDoS ou pour exécuter du code à distance. « Même si ces vulnérabilités ont été corrigées dans les versions MiniUPnP publiées en 2008 et 2009, 14 % des périphériques UPnP restent exposés parce qu’ils utilisent toujours la version 1.0 de MiniUPnP », ont déclaré les chercheurs.

« D’autres problèmes ont été identifiés dans la dernière version 1.4 de MiniUPnP, mais ils ne seront pas rendus publics avant que le développeur de la bibliothèque ne publie un patch pour y remédier », ont-ils justifié. « Au total, nous avons identifié plus de 6 900 produits exposés à ce type d’attaques, du faite des vulnérabilités UPnP », a déclaré HD Moore. « Cette liste concerne 1500 fournisseurs et ne prend en compte que les dispositifs exposés à Internet par le service UPnP SOAP, très préoccupant en-soi ». Rapid7 a publié trois listes distinctes de produits mettant en oeuvre un service UPnP SOAP via les bibliothèques Portable UPnP SDK, et MiniUPnP. Belkin, Cisco, Netgear, D-Link et Asus, dont on retrouve le nom dans la liste des produits vulnérables publiée par Rapid7, n’ont pas répondu aux demandes de commentaires envoyées lundi par nos confrères d’IDG News Service.HD Moore estime que, dans la plupart des cas, les périphériques sortis des catalogues des fournisseurs ne seront pas mis à jour et resteront exposés indéfiniment à des attaques à distance, sauf si leurs propriétaires désactivent manuellement la fonctionnalité UPnP ou s’ils remplacent leurs produits. Après quelques 20 ans de présence sur le marché des cartes mères, Intel va sortir de cette activité avoué un porte-parole d’Intel, Dan Snyder, à notre confrère PCWorld. Ce retrait devrait intervenir dès la commercialisation de sa puce nommée Haswell et la dissolution de la division Desktop Motherboard devrait se dérouler dans les trois prochaines années.

Cette orientation d’Intel répond aux évolutions du marché. Il y a de moins en moins de PC de bureau, car la demande se déplace vers les ordinateurs portables et les tablettes. Par ailleurs, la concurrence est forte sur ce marché avec la présence d’acteurs comme Asus, Gigabyte et Asrock.La firme de Santa Clara a indiqué que les salariés de la division Desktop Motherboard seront transférés dans celle relative aux futurs facteurs de forme. Intel a récemment présenté le NUC (Next Unit of Computing), un mini PC de 4 pouces sur 4. De plus, la société va mettre l’accent sur l’amélioration des ultrabooks.Dan Snyder a affirmé qu’Intel continuera à soutenir les produits existants pendant la période de garantie des cartes mères. Par ailleurs le support pour les cartes mères intégrant le futur CPU Haswell serait offert pendant toute la durée de vie du processeur. Justin Rattner, directeur de la technologie chez Intel pense que l’on assiste actuellement à une transformation du PC. Le dirigeant, qui participe au CES 2013, a déclaré que le PC traditionnel ne pouvait pas survivre à l’ère du terminal numérique. Il a ajouté que l’on se trouvait au milieu de la renaissance de l’ordinateur. « C’est une phase de changement dramatique », estime ce denier « Je pense que ce que nous observons est la mutation de l’ordinateur en un terminal Internet. Vous ne pouvez pas être un PC classique dans l’ère du smartphone, de la tablette et de tous ces autres terminaux connectés. Le PC est le dernier à être libéré des traditionnelles attaches qui le maintiennent en tant que PC et pas réellement comme un équipement Internet. »

  1. http://yourpot.com/users/retrouve3/blog.aspx
  2. http://blogcity.jp/page.asp?idx=10057051
  3. http://retrouve3.gratisblog.biz/

Batterie pour ordinateur portable Dell Precision M90

Toujours selon cette enquête, c’est Apple avec son système d’exploitation iOS qui se taille la part du lion, avec 30% des connexions comptabilisées en combinant smartphones et tablettes, devant Android (27%) et Symbian (16%). La future console de salon de Nintendo, la Wii U, pourrait se transformer en liseuse électronique, avance Forgetthebox.net. La machine proposerait cette fonction via la mise en place d’une plateforme permettant de télécharger plusieurs types de parutions dont des oeuvres littéraires, des journaux, des magazines et des comic books.Les documents téléchargés pourront par la suite être lus depuis la tablette tactile de la Wii U, à la manière de l’iPad d’Apple. Selon le site, cette fonction pourrait également être proposée sur la dernière console portable de Nintendo, la 3DS, avec un système de zoom pour une lecture plus confortable. L’édition 2012 du salon IT Partners a ouvert ses portes mardi 31 janvier avec une hausse de 10%, pour le nombre de marques présentes comme pour le nombre de visiteurs préenregistrés. Que s’est-il passé ? Ambiance

Le marché IT n’est décidément pas comme les autres : alors que la plupart des secteurs de l’économie font grise mine et affichent des chiffres d’affaires en retrait, les segments de l’univers numérique restent tirés vers le haut par de nombreuses niches, qui sont cette année à l’honneur à l’occasion de cette nouvelle édition du salon IT Partners, ouverte ce mardi 31 janvier 2012 et qui s’achèvera ce mercredi 1er février en fin de journée.En milieu d’après-midi du mardi 31 janvier, la fréquentation affichait une progression de 10% du nombre de visiteurs. « Il était important que l’industrie IT démontre son dynamisme jusque dans la mise en scène de ses produits sur les stands, et cette promesse a été tenue », explique Laurent Eydieu, Directeur du Pôle IT de Reed Exposition, qui organise par ailleurs le Medpi, rendez-vous annuel entre les enseignes de la distribution grand-public et l’industrie du numérique.

Une des craintes des partenaires de l’industrie était que seuls quelques segments de marché continuent à progresser, tels que les très médiatiques tablettes tactiles, le cloud computing ou les applications en mode SaaS. Dans les faits, il semble que tous les segments du marché IT abritent des nids de croissance et de rentabilité. C’est ainsi que l’on a vu réapparaître sur le devant des stands des imprimantes matricielles, longtemps considérées comme passées de mode, non loin des ordinateurs ultra-portables les plus appréciés par les « geeks ».Autre signe du volontarisme du secteur IT : les concours dotés de prix (roadster Porsche, scooters, etc.) se sont multipliés au cours de cette première journée du salon, alors que le climat économique international pousse d’autres pans de l’industrie à une discrétion inhabituelle.

Pour conclure, un des principaux regrets des acteurs présents sur le salon n’était pas baisse de la demande (car elle n’a été sensible pour l’IT) mais la difficulté à répondre à cette demande dans délais après les aléas que connu les principaux centres de production du Japon et du sud-est asiatique en 2011 (disques durs, composants, écrans, imprimantes, etc). Le groupe suédois Tobii a présenté, lors du CES, un dispositif pour PC et tablettes qui suit les mouvements de l’oeil humain. Une interface contrôlée par le regard a été développée pour Windows 8.Après la commande gestuelle grâce au Kinect de Microsoft, et la maîtrise des PC par la pensée, on peut désormais contrôler son PC par le regard. La firme suédoise Tobii a profité du Consumer Electronics Show pour promouvoir l’utilisation de cette technique appelée eyes tracking dans des PC et tablettes. Le groupe a cependant indiqué que son dispositif ne devrait être prêt à l’emploi que d’ici quelques années.

La technologie développée par Tobii utilise un capteur intégré au moniteur qui suit les mouvements oculaires et les traduit en actions sur l’écran. Au lieu de déplacer le curseur avec la souris ou le pavé tactile pour cliquer sur un lien sur l’écran, en regardant le lien, le curseur apparaît immédiatement.Ce procédé est actuellement utilisé par des cabinets d’études pour surveiller le comportement des consommateurs et également par des personnes handicapées, mais il est encore trop coûteux pour pouvoir se généraliser auprès du grand public, a précisé Sara Hyléen, porte-parole de Tobii. « Aux Etats-Unis, un système avec une pince capteur de regard peut revenir à 6 000 dollars », indique-t-elle «Il est également trop volumineux pour pouvoir être embarqué dans des ordinateurs portables », ajoute-t-elle. « D’ailleurs notre firme a grand besoin de développeurs pour construire des applications requises pour les PC grand public. »

Tobii a donc décidé de travailler dur pour surmonter ces obstacles. Le groupe suédois a créé une interface contrôlée par le regard pour le jeu vidéo Astéroïdes qu’il a présentée sur son stand au CES, et il a également conçu une interface pour le prochain OS Windows 8. La prise de contrôle du PC par le regard ne remplacera pas la frappe qui est plus rapide, mais l’entreprise a montré comment sa technologie peut faire apparaître le curseur instantanément à l’endroit où une personne regarde sur l’écran, ce qui optimise la navigation.Les PC portables ont encore besoin d’un pavé tactile pour activer le contrôle du regard, cliquer sur un lien ou zoomer sur une image. Mais le contrôle des machines par le regard permet de se décharger des tâches informatiques de base, et pourrait donc être une aubaine pour les personnes atteintes du syndrome du canal carpien, car elle nécessite beaucoup moins de mouvements de la main.

La lecture des mouvements du corps et des expressions faciales proposée par le Kinect de Microsoft est plus facile à réaliser que celle des mouvements oculaires, estime cependant Sara Hyleen qui pense qu’il faudra encore deux ans avant que la technologie soit déployée dans des PC traditionnels. Selon le vénérable institut Gartner, les dépenses IT dans les entreprises atteindront 1,154 mille milliards de dollars en 2013, en hausse de 1,4% par rapport aux 1,138 espérés pour 2012. L’année 2012 est en baisse de 3,6% par rapport à 2011 pour l’ensemble EMEA, cette baisse atteint les 5,9% pour la seule Europe de l’Ouest. Des chiffres annoncés lors du Symposium du Gartner qui se tient à Barcelone devant 4 000 DSI.Sans surprise, Gartner estime que la gestion des données et les mobiles sont les plus grands facteurs de croissance. « Les achats de tablettes et de smartphones dépasseront les achats de PC traditionnels » assure Peter Sondergaard, senior vice président au Gartner. Les dépenses sur les appareils mobiles par exemple (PC portables, téléphones portables, tablettes) atteindront 136 milliards de dollars en 2012 mais passeront à 188 en 2016. En Europe de l’ouest, le seul marché entreprises et grand public des appareils mobiles a progressé de 8% en 2012, le marché des PC mobiles a baissé de 5%.

Dans le même ordre d’idées, le Gartner estime qu’en 2016, les deux tiers des salariés seront dotés d’un smartphone ou d’une tablette. Ce qui modifie leur manière d’acheter des logiciels et transformera le marché. Les fournisseurs d’applications vont devoir réécrire leurs applications pour ces nouveaux environnements. Les dépenses IT dans le logiciel vont croître de 3,1% en 2013 et atteindront, en EMEA, 100 milliards de dollars en 2016. Pour les entreprises, cette mobilité entraînera un changement complet de l’architecture de l’entreprise. L’intégration entre le cloud, le mobile, le social et les données va installer une nouvelle couche d’information et permettra de créer de nouveaux emplois.Le Gartner a même calculé que 1,2 million d’emplois seront créés en Europe de l’Ouest. Peter Sondergaard s’attend à ce que les systèmes éducatifs et les entreprises ne puissent pas assurer ces nouveaux besoins. 31% seulement des emplois IT seront pourvus. Grâce à un partenariat avec ThinkPenguin, plusieurs ordinateurs sont désormais livrés avec Mint préchargé aux États-Unis. Un exemple à suivre en Europe.

Pendant le mois d’octobre, ceux qui attendaient la sortie de « Quantal Quetzal » ont plus ou moins focalisé leur attention sur la distribution Linux Ubuntu. Mais la semaine dernière, le projet Linux Mint a fait une annonce qui a dû en intriguer plus d’un. Plus précisément, Linux Mint a fait savoir qu’il disposait maintenant de sa propre boutique en ligne proposant plusieurs PC avec Linux Mint préchargée. «En partenariat avec CompuLab, ThinkPenguin, OSDisc et HELLOTUX, nous sommes fiers d’annoncer l’ouverture d’un nouvel espace sur notre site Web : le Linux Mint Store », a ainsi annoncé officiellement Clément Lefebvre, fondateur et directeur du projet Linux Mint. Des revenus supplémentaires pour la distribution« Le projet Linux Mint ne produit pas, ne vend pas ou ne livre pas autre chose que des logiciels », a expliqué le fondateur. Mais, « grâce à un réseau de partenaires solides et fiables, nous sommes maintenant en mesure de fournir des produits Linux Mint à la communauté, ce qui va nous permettre aussi de bénéficier d’une autre source de revenus pour la distribution », a-t-il déclaré.

Les produits proposés dans le Linux Mint Store renvoient aux sites partenaires, sur lesquels les achats peuvent être réalisés. Parmi les produits actuellement en vente, on trouve notamment la mintBox, ainsi que des ordinateurs de bureau et des ordinateurs portables de ThinkPenguin ou encore des DVD Live et des clés USB, des vêtements, des autocollants et des badges. Le projet Linux Mint reçoit un pourcentage sur les ventes réalisées via le Linux Mint Store. Par exemple, 10% du prix de tous les ordinateurs achetés via la boutique de Linux Mint sont reversés au projet.Il semble que les appareils vendus avec Linux préinstallé sont voués à un bel avenir, et il est donc particulièrement intéressant de voir de nouvelles machines ThinkPenguin avec Mint préinstallé enrichir le catalogue. Si on ajoute à cela les offres de plus en plus nombreuses de concurrents comme Asus, System76, Dell, et autres, on se dit que les fans de Linux vont avoir l’embarras du choix. Le prix des nouveaux périphériques de bureau vendus dans la boutique en ligne Linux Mint démarre à 249 dollars, contre 499 dollars pour les ordinateurs portables.

La gigantesque attaque en déni de service contre Spamhaus a été le fait marquant en matière de sécurité. Cette organisation de lutte contre le spam a été la cible d’une attaque par saturation avec des pics de 300 Gbps ( en comparaison, les assauts contre les banques américaines à la fin de l’année plafonnaient à 100 Gbps). Il semble que la politique de Spamhaus ne fasse pas l’unanimité et se soit attirée quelques acrimonies. Autre actualité en matière de sécurité, le FBI veut plus de pouvoir pour surveiller en temps réel les communications en ligne et les services cloud. Le Bureau pourrait ainsi prévenir des opérations menées par des groupes d’hacktivistes comme Anonymous. Ces derniers ont menacé Facebook d’une action pour protester contre la censure imposée par le réseau social. Si des efforts sont faits par les acteurs de l’IT pour corriger, améliorer, renforcer la sécurité de leurs produits, il reste que les entreprises prennent du retard dans les mises à jour comme le montre une étude de Websense sur Java. En début de semaine, Intel a présenté une architecture rack qui permet d’accélérer le débit des données et réduit les coûts énergétiques et de maintenance dans les datacenters. Le design repose sur un découplage des processeurs, de la mémoire et du stockage, qui se retrouvent dans des boîtes séparées, modifiant tout à fait la conception des serveurs standards de l’industrie, qui associe généralement dans un même châssis le processeur et la mémoire. Le design de référence pourrait changer la topologie du système et amener à revoir la façon dont circulent les données entre les processeurs, la mémoire et le stockage dans les centres de calcul. Selon Intel, les données se déplaceraient plus rapidement, avec un impact sur la vitesse de traitement des données, la livraison des résultats, mais aussi sur la consommation d’énergie.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/

Batterie pour ordinateur portable Dell XPS M1730

Gianfranco Lanci est arrivé de Texas Instruments chez Acer en 1997 lorsque ce dernier a racheté l’ordinateur portable TravelMate du constructeur américain. Il a été nommé président du groupe taïwanais en 2005 et PDG en 2008, en conservant son titre de président. Au cours troisième trimestre 2009, Acer avait réussi à dépasser Dell et était devenu le second fabricant de PC au niveau mondial, en grande partie grâce à ses ventes de netbooks. Mais les recettes d’Acer ont baissé lorsque que les livraisons de netbooks ont chuté et que le phénomène tablettes a pris de l’ampleur. Certains analystes ont estimé que la démission de Gianfranco Lanci révélait les divergences en matière de stratégie portant sur le renforcement dans les terminaux mobiles.Les rapports entre Lenovo et Acer ont souvent été tendus, notamment en matière d’acquisitions. Le constructeur chinois a vu dans le passé ses projets d’expansion en Europe bloqués par Acer qui a racheté en 2007 Gateway et Packard Bell en 2008.

Le constructeur espère que l’expérience passée de Gianfranco Lanci l’aidera à accroître ses ventes, en particulier en Europe occidentale. Selon IDC, les livraisons de PC dans la zone EMEA ont diminué de 6,5 % au cours du quatrième trimestre 2011. L’éditeur a dans un premier temps démenti catégoriquement la présence de la suite Office sur l’iPad, avant de twitter un message plus équivoque. Des confrères journalistes s’interrogent sur les raisons de l’absence d’Office sur l’iPad.Aujourd’hui, Microsoft a démenti la sortie d’une version d’Office pour iPad, en dépit de la capture d’écran récente accompagnant un article sur le sujet dans The Daily, un journal diffusé uniquement sur la tablette d’Apple. Une porte-parole de Microsoft a déclaré sans autres commentaire au New York Times que « l’article du Daily était fondé sur des rumeurs et des spéculations inexactes. » Celle-ci a ajouté que l’illustration accompagnant l’article censé représenté une version d’Office pour iPad ne montrait pas « un logiciel de Microsoft. »

Par contre dans un message sur Twitter, Microsoft a précisé sa réponse en indiquant que les informations publiées par The Daily étaient fausses, mais qu’il y aura des éclaircissements dans les semaines à venir. Certains trouvent dans cette réponse une confirmation, au minimum, d’un développement de sa suite bureautique sur iPad ou, au mieux, un prochain lancement officiel. Nos confrères de PC World se sont néanmoins interrogés sur les raisons pour lesquelles Microsoft ne souhaite pas porter Office sur l’iPad Le fait de réserver Microsoft Office aux tablettes sous Windows pourrait inciter les utilisateurs PC fidèles et même certains utilisateurs actuels de l’iPad d’Apple à basculer vers ces terminaux dès la sortie de Windows 8. Les logiciels Pages, Keynote et Numbers d’Apple pour l’iPad font un bon travail pour supplanter Word, PowerPoint et Excel, mais la suite logicielle d’Apple n’est pas parfaitement compatible avec la plate-forme Windows. Microsoft sait sûrement qu’elle doit mener une bataille difficile contre Apple, qui a vendu 55 millions d’iPad en un peu moins de deux ans.

Microsoft aura besoin de tous les avantages possibles pour gagner ou pour simplement s’imposer de manière viable dans la guerre des tablettes. Réserver Microsoft Office aux plates-formes non Apple ne va pas non plus demander beaucoup de retenu à l’éditeur. Plusieurs experts pensent que Microsoft montrera la bêta de Windows 8 au Mobile World Congress de Barcelone (27 février-1er mars). En même temps, ceux-ci font remarquer que l’iPad est sorti depuis près de deux ans maintenant et s’interrogent sur l’intérêt qu’il y aurait-il à sortir une version d’Office pour iPad aujourd’hui. Si Microsoft n’a pas sorti de version Office pour iPad, c’est sans doute que l’éditeur ne s’attendait guère à en tirer un profit substantiel. Le problème n’est pas que les gens n’auraient pas payé pour avoir cette version, mais que les utilisateurs d’iPad sont habitués à payer un prix modique pour un logiciel similaire. Si l’on prend par exemple QuickOffice Pro HD, une application iPad très appréciée par les utilisateurs, celle-ci offre une meilleure compatibilité avec les produits Office que la suite bureautique d’Apple. Non seulement cette application est disponible depuis 2010, date du lancement de l’iPad, mais elle ne coûte que 16 euros. Pages, Keynote et Numbers d’Apple coûtent moins de 8 euros chacune. Comparativement, Microsoft Office pour PC coûte 120 euros au minimum et peut coûter jusqu’à 700 euros pour une licence double utilisable sur deux PC (bureau et portable par exemple) pour la version Professionnel.

Cette concurrence sur les prix met Microsoft dans une situation inconfortable : si le tarif dépasse les 15 euros, même les inconditionnels purs et durs d’Office réfléchiront à deux fois avant de l’acheter. Cependant, si le prix est inférieur à 20 euros, Microsoft perdra plus d’argent qu’elle n’en gagnera à élargir sa base d’utilisateurs Office. Pourtant avec la chute des ventes de PC, notebooks notamment, au profit des tablettes Apple, Microsoft a perdu une partie du chiffre d’affaires qu’il réalisait sur ce segment. La sortie d’une version d’Office pour iPad aurait été un bon moyen de capter ce marché. Car bon nombre des utilisateurs d’iPad possédent un PC sous Windows et échangent des documents d’une plate-forme à l’autre. Ce serait donc formidable de pouvoir utiliser Office sur iPad, mais le moment semble mal choisi et les chiffres ne collent pas pour Redmond. A l’occasion du CES 2012, le constructeur chinois Lenovo présente l’IdeaPad Yoga, un savant mélange d’ultrabook et de tablette tactile. Rabattable à 360 degrés, il associe l’ergonomie d’une tablette à la puissance d’un ultrabook, pour quatre modes d’utilisation : portable, tablette, verticale et “tente”.

Cet ultrabook convertible dispose d’un écran de 13,3 pouces HD (1.600×900 pixels) pour une épaisseur de seulement 16,9mm et un poids de 1,47kg. Il suffit de le replier pour transformer l’ordinateur en tablette tactile, Windows 8 lui permettant de passer d’un usage à l’autre en toute souplesse. Ni le prix ni la disponibilité de cet appareil hybride n’ont encore été communiqués. Encore une fois, une entreprise collectant des données personnelles de façon illicite a été condamnée pour son spamming de consommateurs par la CNIL. Avec cependant une nuance importante cette fois : le commanditaire de la collecte a été condamné alors même qu’il n’avait pas procédé lui-même à la manoeuvre frauduleuse mais l’avait juste exploitée.En l’occurrence, la société DSE France est une entreprise de contrôle en bâtiment. Elle récupérait les numéros de téléphone portable des vendeurs de biens immobiliers en ayant recours à un prestataire spécialisé dans l’aspiration de données sur les sites web, en l’occurrence des sites d’annonces immobilières. Une fois en possession des numéros de téléphone, l’entreprise envoyait ses messages publicitaires par SMS.

L’attitude de DSE France était condamnable à deux niveaux : d’une part sur la collecte de données personnelles (les numéros de téléphones), d’autre part sur leur usage (l’envoi de SMS non-sollicités).Pour l’instant, seule la CNIL a pris une sanction tout de même limitée : une amende de 20 000 euros. Internet est devenu indispensable et fait désormais partie intégrante du quotidien des gens. Les médias sociaux ont par exemple radicalement changé la manière de partager de l’information. C’est l’une des conclusions de l’Observatoire ConsumerLab d’Ericsson, dévoilé le 18 janvier, qui dresse les principales tendances de consommation des nouvelles technologies pour 2012. Pour Ericsson, les internautes se connectent aujourd’hui aussi bien depuis un ordinateur que depuis une tablette, un smartphone ou même une voiture. Quant aux réseaux sociaux, ils ont radicalement changé la communication de l’information. Ils participent au partage des données et du savoir, mais aident aussi les internautes à s’y retrouver à travers la pertinence des commentaires qui y sont déposés. La dématérialisation des données (le Cloud) facilite d’ailleurs encore davantage ce partage.

Les téléphones portables jouent un rôle important dans la vie de tous les jours, à tel point que 90% des possesseurs de smartphones interrogés avouent l’emmener systématiquement avec eux dès qu’ils doivent sortir quelque part.L’Observatoire met aussi en avant le rôle prépondérant des femmes dans l’adoption de ces smartphones, grâce à leur usage intensif des SMS et des réseaux sociaux, mais aussi parce qu’elle n’hésitent pas à faire le shopping avec. Cette étude du ConsumerLab d’Ericsson est basée sur des entretiens avec un panel de 100.000 personnes, résidant dans plus de quarante pays, dont la France. Au départ, le projet de processeur “solaire” expérimental d’Intel avait été engagé « pour le fun. » Mais le fabricant de puces cherche maintenant à étendre cette technologie à des processeurs graphiques, à de la mémoire et à des unités à virgule flottante.

L’an dernier, Intel avait montré un processeur basse énergie tournant sur des PC sous Windows et Linux, et se chargeant uniquement avec la lumière émise par une lampe de lecture. Intel devrait donner plus de détails sur son processeur, nom de code Claremont, lors de l’International Solid-State Circuits Conference (ISSCC) qui se tient à San Francisco cette semaine (19-23 février). Cette puce, de la taille d’un timbre-poste, est également connue pour sa technologie Near-Threshold Voltage (NTV) qui lui permet de fonctionner à des niveaux de tension extrêmement basse. La consommation du processeur peut descendre jusqu’à 280 millivolts seulement quand le processeur tourne à une vitesse de 3 MHz, et jusqu’à 1,2 volt lorsqu’il tourne à environ 1 GHz dans le cas de besoins en performance plus élevés. « La puce NTV est conçue pour fournir une efficacité énergétique extrême à des dispositifs informatiques, » a déclaré Justin Rattner, CTO d’Intel, au cours d’un briefing précédant le salon. « Cette technologie nous permet de créer des produits dont l’efficacité énergétique se retrouve tout au long du processus de calcul, mais fournit également les niveaux de performance nécessaires, » a ajouté le CTO d’Intel.

Le processeur peut se maintenir à des niveaux de tension quasiment nulle lorsqu’il n’est pas sollicité. Cette technologie permettrait d’avoir des ordinateurs portables toujours opérationnels sans nuire à la durée de vie de leur batterie. C’est beaucoup mieux que de mettre un PC en veille ou en mode hibernation pour économiser la batterie. L’an dernier, lors de l’Intel Developer Forum, un ingénieur avait montré une animation tournant sur un PC alimenté par ce type de processeur. Dès qu’il a supprimé la source de lumière, l’ordinateur s’est figé. La CPU travaillait avec une mémoire DDR3 expérimentale du nom de Memory Cube Hybrid et développée par Micron. Celle-ci est sept fois plus économe en énergie que la mémoire DDR3 actuelle. « Nous n’avions pas vraiment l’intention de construire un microprocesseur à l’énergie solaire, » a plaisanté Justin Rattner, en parlant de la démonstration. « Mais la présentation a servi à montrer ce que l’entreprise cherchait à réaliser avec la technologie NTV. Celle-ci permet des gains énergétiques d’environ 5 à 10 fois, » a déclaré Justin Rattner. « Ce design a suscité énormément d’intérêt, » a ajouté le responsable d’Intel.

Le prochain objectif est d’étendre la technologie à d’autres composants de l’ordinateur. « Nous voulons appliquer ces techniques de basse tension au circuit graphique et à la mémoire, » a déclaré le CTO d’Intel. Cette technologie peut également être ancrée dans les circuits eux-mêmes pour rendre les systèmes de calcul intensif plus efficaces en terme de puissance. Le CPU solaire est basé sur une puce à architecture Pentium. Les chercheurs ont converti le circuit logique de la puce pour qu’elle fonctionne à un niveau de tension proche de zéro. Le CPU a été conçu à partir d’un processeur 32 gravée en nanomètre, le même que celui utilisé par Intel dans sa dernière puce pour smartphone, nom de code Medfield qui équipera certains smartphones et tablettes plus tard cette année.

Lors de l’ISSCC, le fondeur devrait également livrer des informations supplémentaires sur la mémoire, les processeurs graphiques et les unités en virgule flottante basés sur la technologie Near-Threshold Voltage. Toute la recherche concernant cette technologie est menée dans les laboratoires d’Intel. Le fondeur a dit qu’il ne pensait pas que cette plate-forme « à l’énergie solaire » serait commercialisée telle quelle, mais que les éléments issus de cette recherche seraient utilisés dans de futurs produits. Les internautes européens (France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni) sont de plus en plus consommateurs de médias sur leurs terminaux mobiles, selon une étude rendue publique le lundi 23 janvier par comScore et Telefónica Allemagne. Les smartphones et tablettes représentent désormais 4,6% du trafic internet total (2,4% pour la France). Dans les cinq pays étudiés, l’accès à internet via un ordinateur représente encore 95,1% des pages vues. Suivent les téléphones portables (3,2%) et les tablettes (1,4%). Au total, 75% de tous ceux qui possèdent un smartphone ont surfé sur le Web mobile en octobre 2011 (+62% en un an). Ils sont 13,6 millions à s’être rendu sur un site marchand sur cette même période. De nouveaux usages tels que l’utilisation du QR code (code-barres à deux dimensions) tendent ainsi à se démocratiser peu à peu.

  1. http://yourpot.com/users/retrouve3/blog.aspx
  2. http://blogcity.jp/page.asp?idx=10057051
  3. http://retrouve3.gratisblog.biz/

HP 440772-001 laptop battery

To his amazement, the man revealed he was in the US and that the laptop had been bought through an American-based eBay seller. It was less than a week after Swift had returned the item to Sainsbury’s.It was then I realised just how much information a Windows 8 profile can access. When you first use it you have to set up a profile, says Swift.If you are an existing user your profile is automatically downloaded to the new computer – apps, settings and passwords, Facebook, Twitter, Yahoo!, BlackBerry, Gmail, etc. All your information, accessible in one single place.Alarmed that his ID details were exposed and he was at risk of fraud, Swift called Sainsbury’s. The store reiterated that its policy was to return all laptops to the manufacturer for diagnostics. If they were to be resold they would first be refurbished and wiped clear, he was promised.Swift contacted the police, who warned him that he was now vulnerable to identity fraud, but said that at this stage it was still a civil matter.

As a result Swift spent the day changing all his passwords in a bid to halt any potential problems.He says that Sainsbury’s has since struggled to explain what happened, nor can it tell him what has been done with the second laptop that he returned.Staff at the shop have been rather useless, apart from apologising a lot. The guy in America has stopped responding to me. You may want to warn others in the same boat to think carefully about how they return items, he told Guardian Money.Independent expert on IT security, Graham Cluley, says Swift is right to be concerned. It is vital, he says, to wipe all data (see his advice below) and the same is true of USB drives and mobile phones. One of the issues is that with Windows 8 a single password can be used to access multiple settings, he adds.Microsoft strongly encourages you to use an online Microsoft account to sign-in. That means if someone else manages to get your password, they cannot gain access to all kinds of settings and documents that you have chosen to sync between devices.He said such incidents aren’t always the fault of the company selling the laptop. It can be that they’ve trusted a third-party organisation to handle the secure disposal of assets.When Money contacted Sainsbury’s, it suggested that a third-party may be at fault.A spokesman says: We would like to apologise to Mr Swift for his experience. As soon as we were aware of his complaint we launched a thorough investigation and a third-party contractor working at one of our sites has now been suspended.We have passed the details of our investigation to police and are helping them with their inquiries.Google has launched an audacious attack on Microsoft, announcing laptop computers called Chromebooks that will use its own operating system – rather than Windows – will ship in June.

The machines will be made by Samsung and Acer, two companies that have previously made machines running Microsoft’s software.The laptops will coordinate tightly with Google’s cloud online services, and have almost no capacity to store information. Instead, the bare-bones operating system is essentially a web browser that steers users to applications like email and spreadsheets directly on the web, rather than storing software such as Outlook or Word directly on PCs.The move is Google’s first directly onto Microsoft’s home turf of PC operating systems and the Office suite software – a pair of monopolies that generate around $5bn of profits for the company every quarter. Until now it has largely avoided direct competition with Bill Gates’s company on its strongest areas, focusing instead on internet areas such as search and webmail and online document services.The Chromebooks shift day-to-day functions onto the internet, removing what Google sees as the time-consuming burden of tasks associated with traditional PCs such as installing software and updates, backing up files and running antivirus checks, executives said.The complexity of managing your computer is torturing users, Google co-founder Sergey Brin said at the announcement at Google’s IO conference in San Francisco. It’s a flawed model fundamentally.

Chromebooks are a new model that doesn’t put the burden of managing your computer on yourself.PC sales have grown steadily over the past 15 years, with brief dips during the recession, but there are signs of slowdowns, especially in Europe and the US, among consumers. Businesses are Microsoft’s most loyal customers. Google is aiming at such enterprise customers, too, with the suggestion that their data will be safer in the cloud than on a PC that could get lost or stolen.The company will offer businesses its Chromebooks, along with technical support, as a hassle-free solution for $28 a month. The laptops, using processors made by Intel, will be available for order initially in the US on Amazon.com and Best Buy’s online store from 15 June.As with Google’s Android mobile operating system, the Chrome operating system (Chrome OS) will be free. The intention is that it will encourage people to spend more time on the internet – where they are more likely to use Google and so see or click on its adverts, because Google is the dominant provider of search adverts, with about 90% of world share.In another move encouraging people to move their computing off their PCs and onto the cloud, Google on Tuesday launched an online music locker service in the US letting users store and listen to their songs wherever they are.The operating system and Chromebook PCs expand on Google’s web browser, also called Chrome, that competes against Microsoft’s Internet Explorer. Earlier on Wednesday Google announced that there are 160m users of its Chrome browser, launched in September 2008.Microsoft boss Steve Ballmer ran quickly through a number of innovative Windows 7 PCs during his keynote, and one that got slightly more attention than most was Dell’s Adamo XPS. This is billed as being the world’s thinnest laptop, and at 9.9mm it’s thinner than many mobile phones. It also has a very nice unlocking system, where you simply stroke the front of the lid so you can open it. Then, once you have opened it, it sits up, with the keyboard tilted at a more ergonomic typing angle.

The Adamo XPS has an excellent 13.4 inch LED widescreen, which shows the now-almost-standard (for ultraportables) 1366 x 768 pixels.One of the interesting innovations is that the motherboard and 128GB solid-state drive are behind the screen, not beneath the keyboard. This makes it possible both to fit ports and to have a really thin keyboard.The Adamo XPS looks original, and stylish, and feels well made — though at 1.44kg, it’s not the lightest ultraportable around. However, innovation comes at a price. In the UK, it looks as though John Lewis has a retail exclusive, and it will set you back £1,750.If Steve Jobs had been presenting the Adamo XPS, the first 50 rows of fanboys would probably have had multiple orgasms. I don’t think he would have let a co-presenter say that Being thin isn’t everything, even though that is, of course, perfectly true.Purists might complain that the Adamo XPS isn’t all that new, because it appeared at the Windows 7 launch. But I suspect most people missed it in the flood of new PCs, and very few of us have had our hands on one.If you do get the chance, the Adamo XPS is worth a look.

But don’t expect to see too many around the coffee shops. You can get lots of PCs that are almost as thin and have better battery life for a fraction of the price from the likes of Acer, Asus and MSI, and competitive systems from HP, Sony, Toshiba and others. Unlike MacBook Air buyers, Windows users have a vast array of choices, and just being thinner and more innovative than a MacBook Air doesn’t earn you any sales at all.he sleekness of the gadgets that dominate our lives gives little hint of the chaos that lies beneath – not just their innards, which include rare-earth materials such as neodymium (magnets) and europium (which makes your phone glow), but their backstories. Most of these materials are mined in Baotou, Inner Mongolia, a place described as the apocalypse.Add on conflict minerals such as cassiterite, gold, wolframite, cobalt and coltan from the Congo, plus the damage from huge pits and deep tunnels. The manufacture of gadgets is energy-hungry, too.

Experts extrapolating data from one of the world’s largest dam projects suggest it takes 50,000 litres of water passing through a hydroelectric dam to smelt the aluminium for a single laptop. This means, they say, 3ft2 of rainforest is flooded per laptop.As new aluminium equals energy use and environmental destruction, this raises the question: why can’t computers be made from recycled aluminium, given that this uses 95% less energy? And why can’t laptops and PCs be built for disassembly (where all the parts come apart to aid recycling)? Depressingly, some commentators think the tech stars are heading the other way, citing the MacBook Air as being extremely integrated. The harder it is to get at the components, the harder it is to recycle. So praise, please, for the Xi3® Modular™ computer. Not only does it use 80-90% less power than a similar desktop PC, but it is modular, and its casing is made of recycled aluminium.In addition, accounts have emerged recently of factories producing major brands that sound – with their dormitories and oppressive guards – similar to badly run prisons.You could say we’re all enslaved by gadgets. Brands and consumers prioritise perfection over people (and planet). So ethi-tech (as I’m calling a hoped-for sustainable technological revolution) has yet to get going.Ethical Consumer magazine carries ratings tables for laptops, tablets and phones, but remember that the world chucks away 20-50m tonnes of e-waste a year. Is your computer really dead? Or do you just fancy a new one? Having it refurbished in a factory may not be an answer, because you can’t be sure of working conditions. But iFixit (ifixit.com) is a free, editable online repair manual for gadgets from toasters to iPods. That’s the smartest idea I’ve heard so far.

Recent TV exposés of the funeral industry uncovered appalling disrespect towards our dead. They left some viewers wondering exactly what ethics some conventional undertakers have left. The Natural Death Handbook provides a real alternative. Edited by Ru Callender of the Green Funeral Company, it’s a strangely uplifting set of three books, including essays on death by Bill Drummond and Maggi Hambling. The final book is a directory of green funeral directors, coffin suppliers and the like. It costs £24 from naturaldeath.org.uk and good bookshopsThis week the remains of the laptop used to store files leaked by NSA whistleblower Edward Snowden, pointlessly but symbolically destroyed by Guardian editors under the eyes of GCHQ, have been put on display at the V&A, a museum of art and design.It forms part of the All of this Belongs to You exhibition, open until 19 July. Through a series of interventions and installations, it aims to examine “the role of public institutions in contemporary life” and to ask “what it means to be responsible for a national collection”. It raises questions about democracy, as we run up to the election, and about institutional and curatorial practice.

A curator, Kieran Long, said that they gained the confidence to show the remains when it was recalled that the museum had broken objects in its own collection, which had been preserved because of the stories they told rather than the artefact’s intrinsic beauty or interest. Thus it now forms part of a display on technology, secrecy and privacy.Yet, interestingly, the decision was made to show just the laptop and not the other bits of destroyed hardware, as the images above and below show. This is presumably a reflection of the iconic power of Apple products themselves, something that goes beyond the Snowden and Guardian story. Perhaps the ubiquity of the object means that its destruction speaks to us all.I haven’t yet seen the exhibition, but when I saw the photograph of the laptop on display – the shiny, desirable MacBook reduced to twisted metal and circuitry – I was keen to gauge reactions and asked some friends and colleagues, beyond the V&A itself, for theirs. All are expert in thinking about the history and display of objects, particularly ones related to science, technology and medicine. I am grateful for their comments, which provoke thought about technology, society and the role of museum collections and display.
It is difficult for museums to exhibit the public sphere of debate and openness. It’s an even greater challenge when the public sphere exists inside our cellphones and laptops and in the circulation of bits over fiberoptic cables.One way to display it is to focus on a point of attack, on the failure of the public sphere. The V&A exhibition of the shockingly defaced laptop that once contained National Security Agency secrets reveals that something has gone wrong. Why is a museum known for beautiful artefacts showing an act of violence? That the destruction was purely symbolic magnifies the impact.I applaud the V&A curators for the display. I do wish they could have let themselves change their museum label style just a bit. It’s not important where the laptop was designed or manufactured. Couldn’t they have replaced that with the more relevant information: “Destroyed in London, 2013.”Steven Lubar is Professor of American Studies, History, and History of Art and Architecture at Brown University and was Director of the John Nicholas Brown Center for Public Humanities and Cultural Heritage from 2004-2014 and Haffenreffer Museum of Anthropology, 2010-2012.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/

Batterie pour ordinateur portable Toshiba PA3730U-1BRS

Alors que Cisco a mis son dévolu sur le marché de la collaboration, il doit se situer plutôt en tenant compte des exigences des chefs d’entreprise, que celles des responsables informatiques, qui gèrent les postes de travail et les communications en interne. Ces derniers pensent d’abord aux fournisseurs traditionnels de solutions de collaboration comme Microsoft et IBM, » a t-il dit. Selon lui, « les chefs d’entreprise seront mieux à même d’apprécier l’ampleur du portefeuille de solutions de collaboration proposées par Cisco. » Les entreprises qui ont suivi le rythme de l’évolution des réseaux sans fil sont sans doute équipées aujourd’hui de routeurs bi-bandes et de cartes clients capablent de faire circuler des données cryptées sur les ondes à des vitesses supérieures à 100 Mbit par seconde, ou presque. Mais aucune bonne action ne reste impunie. En effet, un nouveau matériel basé sur la norme 802.11ac, en cours de finition, est sur le point d’arriver, et risque bien de faire passer les infrastructures sans fil existantes pour des réseaux poussifs.

Même si l’organisme de normalisation responsable de la définition du 802.11ac n’a pas encore fini d’en valider tous les éléments, les fabricants de semiconducteurs comme Broadcom, Quantenna et Atheros Qualcomm ont déjà mis au point des prototypes de chipsets 802.11ac (Broadcom a baptisé sa puce 5G Wi-Fi). Les deux sociétés sont étroitement impliquées dans la définition de la norme, et promettent de livrer des mises à jour du firmware pour corriger toutes modifications mineures ultérieures susceptibles d’être intégrées dans la norme, entre maintenant et le moment où elle sera définitivement ratifiée (c’est à dire probablement plus tard cette année ou début 2013).

Mais comment sommes-nous passés de l’IEEE 802.11n à l’IEEE 802.11ac ? La norme de base définie par le projet 802.11 s’enrichit d’une nouvelle lettre pour identifier chaque nouveau document technique, et ce jusqu’à la version 802.11z de la norme. On est donc passé du 802.11aa au 802.11ab, et maintenant au 802.11ac. Au risque de s’embrouiller un peu, il existe aussi une norme 802.11ad, mais elle n’est pas destinée à occuper la prochaine place dans les réseaux sans fil grand public. Connue sous le nom de WiGig, c’est une technologie à onde courte qui utilise la bande de fréquence à 60 GHz pour diffuser du contenu multimédia. Contrairement au matériel réseau utilisant la norme 802.11n, qui peut fonctionner sur des fréquences de 2,4 ou 5 GHz, les périphériques 802.11ac fonctionneront exclusivement sur la bande des 5 GHz. La bande de 2,4 GHz offre une meilleure portée, mais le flux de données transitant via le WiFi se trouve en compétition avec une multitude d’appareils fonctionnant à une fréquence identique – depuis les fours à micro-ondes jusqu’aux des casques Bluetooth. La bande des 5 GHz comporte beaucoup plus de canaux, et dans la norme 802.11ac, chacun de ces canaux offre une bande passante de 80 MHz, soit deux fois plus que celle des canaux répondant à la norme 802.11n.

Qui plus est, le 802.11ac utilisera un schéma de modulation qui permet de multiplier par quatre la quantité de données capables de s’adapter au signal d’une porteuse encodée. En 802.11n, la bande passante maximale par flux spatial est de 150 Mb/s, ce qui signifie qu’un routeur 802.11n équipé de trois antennes de transmission et trois antennes de réception peut fournir un débit maximum théorique de 450 Mb/s. En revanche, la bande passante maximale par flux spatial du 802.11ac monte à 433 mbps, et le nombre maximum de flux spatiaux passe de trois à huit. Ce qui situe le débit maximum théorique d’un réseau 802.11ac à plusieurs Gigabit Ethernet. Cependant, la première génération d’appareils sera limitée à deux ou trois antennes émettrices et réceptrices pour délivrer un débit maximal théorique de 866 Mb/s ou 1,3 Gb/s.

Comme on a pu l’observer avec les réseaux 802.11n, le débit réel sera probablement d’un tiers à une demi-fois moins rapide que les maximums théoriques. Néanmoins, même les appareils mobiles équipés de puces 802.11ac avec une seule antenne pour l’émission et une pour la réception – comme les smartphones et les tablettes – devraient offrir une bande passante deux fois plus élevée que celle permise avec les chipsets 802.11n des périphériques actuels. Compte tenu de la forte demande en bande passante pour faire tourner des applications de vidéoconférence et de Gestion de la Relation Client (CRM) par exemple, et dont l’usager s’est déplacé du bureau vers les terminaux mobiles, les réseaux 802.11ac vont devenir un élément essentiel de l’infrastructure mobile des entreprises de toute taille. Pour surmonter la courte portée de la bande des 5 GHz, les puces 802.11ac vont utiliser la technologie des faisceaux pour la transmission et la réception. Cette technologie, optionnelle dans la spécification 802.11n, est devenue obligatoire dans la norme 802.11ac. La plupart des périphériques sans fil 802.11n actuels utilisent un mode omnidirectionnel pour la transmission et la réception du signal. Les signaux se propagent dans une série d’anneaux concentriques, à l’image des ondes que l’on crée en laissant tomber une pierre dans un étang. Avec la technologie des faisceaux, le routeur et ses clients ont une idée relative de l’endroit où ils se trouvent, de manière à concentrer les flux l’un vers l’autre. Sans cette technologie, les signaux se dispersent et s’annulent, ce qui réduit la bande passante totale. La puce qui utilise la technologie des faisceaux permet d’ajuster la phase des signaux pour surmonter ce problème, ce qui accroît sensiblement la bande passante utilisable.

La première génération de routeurs 802.11ac, comme le Trendnet TEW-811DR, seront des modèles bi-bandes, capables de prendre en charge les clients 802.11n sur la bande de fréquence 2,4 GHz et les clients 802.11ac sur la bande des 5 GHz. De tels appareils devraient être commercialisés vers le troisième trimestre de cette année. Des ordinateurs portables équipés de puces 802.11ac devraient arriver d’ici l’hiver prochain. Quant aux appareils mobiles, smartphones et tablettes, les premiers terminaux équipés de la nouvelle norme WiFi pourraient apparaître début 2013.

La WiFi Alliance, le consortium propriétaire de la marque WiFi, qui a pour responsabilité de vérifier que les produits WiFi interopérent correctement entre eux, prévoit de commencer son programme de certification pour la norme 802.11ac au début de l’année 2013. Toujours dans la tendance qui consiste à simplifier les WLAN dans l’entreprise et à éviter la question du hardware, Meru Networks a dévoilé cette semaine les versions virtualisées de son logiciel de gestion d’infrastructure LAN sans fil.Meru Networks dévoile une infrastructure WLAN virtualisée Meru Networks a pris son système d’exploitation WLAN System Director, et l’a enveloppé d’une solution VMware, de sorte que sa plate-forme peut fonctionner au-dessus d’un hyperviseur déployé dans des serveurs x86 sur rack. En ancrant les points d’accès WiFi dans un backend WLAN virtuel, Meru arrive à éliminer les contrôleurs matériels et autres appareils dédiés, aussi bien dans l’entreprise que dans les datacenters. L’objectif est de rendre le déploiement, le contrôle et la mise à l’échelle d’un réseau WLAN dans un environnement serveur virtuel existant plus facile.

L’équipementier sort également les éditions virtuelles de ses trois principaux contrôleurs de mobilité, qu’il propose comme alternative aux contrôleurs matériels dédiés. Ceux-ci seront disponibles au deuxième trimestre de cette année, mais pour l’instant Meru n’a pas voulu fournir de grille tarifaire concernant ces produits. Par ailleurs, la société a également annoncé des versions virtuelles de sa suite d’applications E(z)RF, laquelle inclut la gestion du réseau, et celle de Meru Identity Manager, laquelle comporte le gestionnaire de clients Guest Manager et SmartConnect pour le provisionnement automatique du WiFi aux clients. En plus des versions sous licence classiques à installer derrière un firewall, ces deux produits sont proposés par abonnement via des applications hébergées.

Dans un autre communiqué, Meru a dévoilé un mini point d’accès 802.11n qui permet de créer un lien sécurisé au réseau WLAN de l’entreprise à partir de sites distants, qui ne nécessite ni code client spécifique ni VPN. Comme les applications virtuelles, les contrôleurs peuvent être ajoutés aux déploiements VMware existants au sein des centres de calcul, ou hors site dans un cloud privé. Sous forme virtualisé, Director System peut être déployé plus simplement et offre également plus de flexibilité qu’une plate-forme forme matérielle classique. Les WLAN d’entreprise peuvent être équipés d’un panachage de contrôleurs Meru virtuels et physiques. Les trois contrôleurs de mobilité virtuelle sont le MC1500-VMW, qui permet de gérer un maximum de 30 points d’accès, le MC3200-VMW, qui monte jusqu’à 200, et le MC4200-VMW, qui plafonne à un maximum de 500 points d’accès.

Enfin, le point d’accès compact AP110 supporte uniquement la norme 802.11n, et comporte deux ports Ethernet. Il permet de relier jusqu’à 10 clients en WiFi et de créer une connexion sécurisée au réseau LAN local de l’entreprise que ce soit dans des succursales, des bureaux situés dans un environnement domestique, des hôtels ou tout lieu hors site, sans avoir besoin de configurer un VPN pour les clients. Le port Ethernet permet de connecter à l’AP110 un ordinateur portable Wi-Fi ou à une tablette. Le point d’accès ne procède pas à une recherche de DNS pour localiser le contrôleur WLAN de Meru. Selon le spécialiste de la virtualisation des réseaux WiFi, un certificat SSL intégré sert à créer une connexion TLS (Transport Layer Security) au niveau du contrôleur. Le point d’accès est capable de séparer le trafic non professionnel et de le diriger directement vers l’Internet. Il est équipé d’un port Ethernet supplémentaire. Côté tarif, l’AP100 coûte 195 dollars. Il sera disponible en avril prochain.

Enfin, Meru a également annoncé une application iOS gratuite pour iPad, du nom d’E(z)RF OnTheGo+, qui permet aux gestionnaires de réseau WLAN d’utiliser la tablette pour contrôler le WLAN de Meru à distance. Le multifonction HP TopShot LaserJet Pro M275nw permet de numériser des objets en 3D et de les expédier directement sur Internet. HP a dévoilé une imprimante capable de numériser des objets en 3D, de les expédier directement sur Internet et de les enregistrer dans le cloud par le biais d’applications. Sous le nom de HP TopShot LaserJet Pro M275nw, cette imprimante est dotée d’une caméra montée sur un bras escamotable prend des photos haute qualité de documents jusqu’au format DIN A4 ou d’objets en 3D. Pour obtenir une image numérisée en 3D, la caméra prend six clichés de l’objet. Des algorithmes internes composent l’image finale et corrigent les effets de lumière pour recomposer l’image numériquement.

  1. http://retrouve3.blog.wox.cc/
  2. http://retrouve3.allmyblog.com/
  3. http://plaza.rakuten.co.jp/davydenko/